Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des dizaines de milliers de personnes venues de toute l'Espagne ont marché samedi dans le centre de Madrid contre les violences faites aux femmes. Plus de quarante victimes ont déjà été recensées sur les dix premiers mois de l'année.

Au cri de "nous ne sommes pas toutes là, il manque les mortes !" ou encore "la lutte sera féministe ou ne sera pas", les manifestants répondaient à l'appel de plus de 400 associations féministes. Près de 300 autobus avaient transporté les intéressés venus de toutes les régions pour converger vers Madrid, ont précisé les organisateurs.

En cette période pré-électorale avant les législatives du 20 décembre, étaient aussi présents des représentants des principaux syndicats et de tous les partis politiques, dont le chef de l'opposition socialiste Pedro Sanchez ou de Podemos, Pablo Iglesias.

"La crise économique fait que beaucoup de femmes ne quittent pas leur bourreau parce qu'elles n'en ont pas les moyens", a estimé une manifestante, jugeant "plus que jamais nécessaire de débloquer des ressources publiques". Pour un manifestant masculin, la présence d'hommes était indispensable samedi: "en Espagne, il faut encore un peu éduquer les hommes pour qu'ils en finissent avec le machisme".

Selon les données du gouvernement espagnol, en 2015, 41 femmes sont mortes sous les coups de leur compagnon ou ex-compagnon. Seules sept des victimes avaient porté plainte précédemment. Poignardées, frappées ou même brûlées, le cas de chacune d'entre elles a été relaté dans les médias dans un pays très sensibilisé à la question.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS