Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Varsovie contre des réformes controversées du système judiciaire.

KEYSTONE/EPA PAP/JACEK TURCZYK

(sda-ats)

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dimanche devant le parlement polonais. Elles ont dénoncé les réformes controversées du système judiciaire menées par les conservateurs au pouvoir.

"A bas Kaczor, le dictateur!", scandaient les manifestants. Kaczor, qui signifie en polonais "canard mâle", est le sobriquet donné à Jaroslaw Kaczynski, le chef du parti au pouvoir, à cause de la ressemblance phonétique avec son nom de famille. Le nombre de manifestants s'élevait à 4500, selon la police.

Les dirigeants des deux principaux partis d'opposition, Plateforme civique (PO, centriste) et Nowoczesna (libéral), Grzegorz Schetyna et Ryszard Petru, ont prononcé des discours musclés. Ils se sont engagés à collaborer étroitement pour s'opposer à la politique de Droit et Justice (PiS) dirigé par M. Kaczynski.

Séparation des pouvoirs menacée

Les deux chambres du parlement polonais ont approuvé cette semaine deux projets de loi qui, aux yeux de l'opposition, marquent un pas vers la prise de contrôle du système judiciaire par la majorité conservatrice et affaiblissent la séparation des pouvoirs.

La première des deux lois porte sur le statut du Conseil national de la Magistrature et stipule que le Parlement, où le PiS a la majorité, choisira désormais ses membres. La deuxième loi modifie le régime des tribunaux de droit commun, dont les présidents seront nommés par le ministre de la Justice.

Les deux textes n'ont plus besoin que de la signature présidentielle pour entrer en vigueur. L'approbation du chef de l'Etat Andrzej Duda, proche du PiS, majoritaire dans les deux chambres, est considérée comme très probable.

ATS