Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Manifestation après la mort d'un Noir abattu par un policier

Des milliers de manifestants ont défilé vendredi à Chicago pour dénoncer la mort d'un jeune Noir abattu de 16 balles par un policier blanc. Le défilé a bloqué la circulation dans les rues commerçantes qui attendaient les Américains pour les soldes du "Black Friday".

Des policiers et agents privés de sécurité protégeaient les entrées de grands magasins sur une avenue très commerçante, empêchant les clients d'entrer tandis que les manifestants défilaient entre les voitures. Les agents ont finalement décidé de bloquer la circulation pour laisser place au cortège.

"16 tirs 13 mois", pouvait-on lire sur des pancartes, en référence au nombre de balles reçues par Laquan McDonald, 17 ans au moment de sa mort en octobre 2014. Et au délai de plus d'un an qu'il a fallu avant l'inculpation du policier auteur des tirs, malgré l'existence d'une vidéo montrant que l'adolescent n'avait pas une attitude menaçante avant d'être abattu.

"L'histoire ce n'est pas que lui (l'agent) craignait pour sa vie, l'histoire c'est qu'il ne voulait pas voir ce garçon vivre", a crié un manifestant, Jared Steverson, 27 ans. "Quand tu rentreras chez toi et que tu enlèveras ton uniforme, ils vont t'arrêter parce que tu es Noir comme moi", a-t-il lancé en direction d'un policier gardant un magasin à quelques centimètres de lui.

Une loi qui protège tous

Samantha Vazquez, 18 ans, justifie elle le blocage des magasins: "Ils font leurs courses. Et tout le monde se fiche que quelqu'un soit mort, que d'autres jeunes aient été abattus et personne ne fait rien".

Okunola Jeyifous était lui venu manifester avec sa femme et leurs jumeaux de neuf mois. Affirmant que la couleur de sa peau lui faisait craindre la police, ce chercheur de 41 ans à l'université de Chicago a confié à propos de ses enfants qu'il voulait les voir "vivre dans une société qui les estime et où ils se sentent aussi protégés que les autres par la loi".

Des membres du mouvement "Black Panthers" clamaient "Vous ne pouvez plus voir ça et vous cacher", tandis que la grande figure de la lutte pour les droits des Noirs aux Etats-Unis, Jesse Jackson, menait un autre cortège, au ton plus solennel.

Plusieurs arrestations

Chicago connaît un regain de tensions depuis que la vidéo du drame a été diffusée pour la première fois mardi. Les autorités ont appelé au calme, le pays ayant déjà été secoué depuis 18 mois par des manifestations qui ont parfois dégénéré en émeutes après la révélation d'autres cas de brutalités policières commises contre des Noirs.

De nombreux manifestants ont d'ailleurs rapproché le cas de Laquan McDonald à celui de Michael Brown, adolescent noir non armé qui avait été abattu par un policier blanc à Ferguson, dans le Missouri (centre) en 2014.

Plusieurs personnes ont été arrêtées au cours des précédentes manifestations organisées à Chicago depuis mardi.

Le président américain Barack Obama s'est lui-même dit "profondément choqué" par les images montrant Laquan McDonald se faire abattre par des tirs reçus à la tête, au cou, au thorax, aux bras, à une main, au dos et à une cuisse. Le policier âgé de 37 ans, Jason Van Dyke, a été inculpé mardi de "meurtre avec préméditation".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.