Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une dizaine de milliers de manifestants ont traversé Montréal samedi soir d'ouest en est dans le vacarme assourdissant de milliers de casseroles, cornes de brume, sifflets et autres instruments similaires. Ils ont défilé à pied, à vélo, en planche à roulette ou à rollers.

Certains portaient des drapeaux québécois à fleur de lys, d'autres des drapeaux rouges, d'autres encore des pancartes dénonçant la loi spéciale adoptée il y a une semaine pour limiter le droit de manifester.

Une petite escorte policière suivait derrière à cheval, à vélo et en voiture, les feux tournants des véhicules et les éclairs lancés par les lampes à led des vélos donnant à la marche un petit air de discothèque ambulante, d'autant que le niveau sonore était à la hauteur correspondante.

Sans incident

D'autres manifestations plus petites, accompagnées de concerts de casseroles et de klaxons des automobilistes de passage, se sont déroulées dans plusieurs quartiers de Montréal. Si les étudiants formaient le gros du bataillon, des personnes âgées étaient venues nombreuses et faisaient preuve de créativité dans leur manière de manifester.

Cette 33e marche nocturne a été d'emblée déclarée illégale par la police, qui n'avait pas été informée de son itinéraire. Mais elle a pu se dérouler sans incident et l'unique arrestation opérée a été celle d'un conducteur irascible qui, ne supportant pas d'être bloqué par les manifestants, a démarré en traînant l'un d'entre eux sur une centaine de mètres, a indiqué la police.

Il a été arrêté, mais le manifestant heurté n'a pas été blessé et n'a pas porté plainte. Des manifestations similaires se sont déroulées à Québec, à Trois-Rivières et dans plusieurs autres villes de la province francophone.

ATS