Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi à Bâle pour protester contre les propriétaires de la "Basler Zeitung" et son rédacteur en chef, Markus Somm. Le rassemblement a eu lieu à l'appel du mouvement "Rettet Basel" ("Sauvez Bâle") créé en 2010 après l'arrivée de Christoph Blocher comme conseiller du groupe de presse.

Pour les initiateurs de ce mouvement, l'UDC zurichois poursuit sa stratégie médias en se portant garant pour les pertes touchant les imprimeries de la "Baz". La diversité d'opinions n'est pas le soucis primordial des propriétaires, selon eux.

La "Baz" n'est plus un journal bâlois mais un projet politique des Zurichois, a déclaré le conseiller national socialiste Beat Jans. Lui-même préférerait que le quotidien soit la propriété d'un éditeur zurichois plutôt que de politiciens zurichois.

Certes les nouveaux propriétaires sont depuis cette semaine un cercle d'actionnaires autour de financier tessinois Tito Tettamanti qui avait déjà possédé brièvement le journal l'an dernier. Mais le fait que Christoph Blocher tire les ficelles en matière de compte-rendu politique est une attaque contre la démocratie, a ajouté M. Jans.

Bâlois insatisfaits

Si les propriétaires de la "Baz" se souciaient vraiment de la région de Bâle, ils se seraient débarrassés depuis longtemps du rédacteur en chef Markus Somm, selon le socialiste. Car aucun entrepreneur ne garde un chef qui outrage sans cesse sa clientèle, a-t-il ajouté.

Parmi les personnes présentes se trouvaient plusieurs personnalités. L'historien Georg Kreis, ancien président de la Commission fédérale contre le racisme, a tenu un discours tout comme l'ancien conseiller national socialiste Rudolf Rechsteiner. Celui-ci a d'ailleurs annoncé à cette occasion qu'il avait rompu cette semaine sa collaboration avec la "Baz".

La manifestation était soutenue notamment par les Verts et le PS des deux Bâle. Cette levée de boucliers faisait écho à divers articles parus samedi dans la "Baz" tentant de rassurer sur l'indépendance du journal.

ATS