Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des militants d'extrême-droite ont occupé durant plusieurs heures samedi matin une mosquée en construction à Poitiers, dans le centre de la France. Cette manifestation sans précédent a été qualifiée de "provocation haineuse" par le gouvernement et a indigné la communauté musulmane.

Environ 70 personnes ont investi vers 06h00 les lieux, un grand bâtiment gris doté d'un minaret situé en banlieue de Poitiers, à Buxerolles.

S'installant sur le toit de la future grande mosquée de Poitiers, ils ont déployé une banderole affichant le nom de leur groupuscule "732, génération identitaire", en référence à l'année 732 où Charles Martel a arrêté la progression des troupes musulmanes au nord de Poitiers.

Vers midi, ils ont accepté de partir et l'évacuation s'est terminée peu avant 13H00. "On avait l'intention de rester plus longtemps mais comme on n'a pas du tout l'intention de s'affronter physiquement, nous repartons avec la police, dans la bonne humeur, sans que cela se finisse mal", a déclaré un porte-parole du groupuscule, Damien Rieu, joint par téléphone.

Quatre militants en garde à vue

Quatre militants se présentant comme des organisateurs ont été placées en garde à vue, a indiqué le parquet. Les identités des autres manifestants ont été relevées.

Le parquet a ouvert une enquête judiciaire pour manifestation non autorisée, incitation à la haine raciale, participation à un groupement en vue de la préparation de dégradation de biens et vol en réunion, vol et dégradation en réunion, a-t-on appris de source judiciaire.

Lors d'une conférence de presse, le préfet de la Vienne Yves Dassonville a souligné que les 73 militants étaient "des personnes semblent-ils de bonne famille qui viennent de toute la France".

Vives condamnations

Cette manifestation a été vivement dénoncée par le premier ministre Jean-Marc Ayrault, les responsables politiques et les institutions représentatives de l'islam de France. De Manille, où il est en déplacement, M. Ayrault a condamné "fermement cette provocation qui révèle une haine religieuse inacceptable".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS