Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une dizaine de personnes, dont l'écrivain Edouard Limonov, ont été interpellées samedi à Moscou par la police. Elles tentaient de participer à une manifestation non-autorisée pour réclamer le départ du Premier ministre Vladimir Poutine, à deux mois de la présidentielle.

Le rassemblement, organisé précisément par Edouard Limonov, opposant et homme de lettres controversé, a eu lieu sur la place Trioumfalnaïa dans le centre de la capitale russe. Mais la police a empêché sa tenue en interpellant les manifestants dès leur sortie du métro situé juste à côté de la place.

M. Limonov a indiqué à la radio "Echo de Moscou" avoir été interpellé. Un autre opposant a crié "Liberté" alors qu'il était arrêté par la police. D'autres ont scandé "La Russie sans Poutine". Une banderole, où il était écrit "mort aux occupants du Kremlin", a été brandie.

Article 31

Outre le départ de l'homme fort du pays, le rassemblement avait aussi pour but de réclamer comme tous les 31 des mois comptant 31 jours l'application de l'article 31 de la Constitution russe garantissant la liberté de rassemblement.

A Saint-Pétersbourg, deuxième ville du pays, une dizaine de personnes ont également été interpellées alors qu'elles essayaient de manifester sur la perspective Nevski, en plein centre-ville. Plusieurs personnes ont scandé "La nouvelle année sans Poutine" ou "Nous avons besoin d'une autre Russie".

Réagissant à ces interpellations le soir du Nouvel An, l'ancienne dissidente soviétique et militante russe Lioudmila Alexeeva a estimé que la réponse des autorités était "honteuse et stupide".

ATS