Toute l'actu en bref

Des centaines de prisonniers politiques sont en grève de la faim depuis 40 à 50 jours pour protester contre leurs conditions d'emprisonnement (image symbolique).

Keystone/AP/THANASSIS STAVRAKIS

(sda-ats)

Entre 500 et 600 manifestants se sont rassemblés samedi après-midi dans le centre-ville de Zurich pour montrer leur solidarité avec les Kurdes emprisonnées dans les prisons turques. Ce rassemblement autorisé s'est déroulé de manière pacifique.

La manifestation avait été annoncée par des organisations kurdes, a dit à l'ats une porte-parole de la police cantonale zurichoise. Elle confirmait une information des sites de 20 Minuten et du Tages-Anzeiger.

La situation s'est encore dégradée dans les prisons turques après le putsch raté de juillet et l'état d'urgence, a dit à l'ats Ali Can, du centre culturel kurde de Zurich. Elles sont surpeuplées. Les prisonniers politiques doivent partager leurs cellules avec des rebelles ou des criminels, selon lui. Cela conduit inévitablement à des problèmes.

Selon les informations de Welat Bulut, du Centre culturel kurde de Berne, des centaines de prisonniers politiques, dont des sympathisants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et plusieurs élus du parti d'opposition pro-kurde HDP, sont en grève de la faim depuis 40 à 50 jours pour protester contre ces conditions d'emprisonnement.

Les manifestants demandaient aussi la libération du chef du PKK, Abdullah Öcalan, qui se trouve en isolement depuis trois ans. Ils réclamaient également une solution politique au problème kurde. D'autres manifestations de solidarité ont eu lieu vendredi à Vienne et à Strasbourg.

Plusieurs rassemblements

Samedi dernier, 150 personnes, dont des journalistes, avaient pris part à une manifestation pour réclamer la libération d'un journaliste turc.

Le 25 mars, plusieurs milliers de personnes s'étaient réunies à Berne pour demander plus de paix, de liberté et de démocratie en Turquie. Une banderole anti-Erdogan avait été introduite par un groupe d'autonomistes de gauche. Elle avait suscité l'ire du président turc.

Cette affiche fait l'objet d'une procédure pénale du Ministère public régional Berne-Mitteland. Le ministère public d'Istanbul a également annoncé avoir ouvert une procédure judiciaire.

ATS

 Toute l'actu en bref