Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Selon les syndicats, un millier de personnes ont participé à la manifestation de soutien.

Unia, SEV OCST

(sda-ats)

Une manifestation a réuni un millier de personnes à Locarno samedi pour soutenir la grève des 34 employés suisses licenciés par la Société de navigation du Lac Majeur (NLM). La grève a débuté il y a une semaine et doit se poursuivre en tout cas dimanche,.

Depuis dimanche dernier, toutes les liaisons côté suisse du lac sont supprimées. Samedi toutefois, un bateau italien a desservi les îles Brissago. "Une provocation", a déclaré à l'ats Gianluca Bianchi, du syndicat Unia. Dans un communiqué diffusé samedi, les grévistes, soutenus par les trois syndicats SEV, Unia et OCST, demandent à nouveau le maintien de leurs emplois et du niveau des salaires.

Quatorze employés fixes et vingt saisonniers de la NLM ont reçu leur lettre de congé effective pour la fin de l'année. Les licenciements sont dus à l'Italie: dès 2018, la compagnie italienne "Navigazione Lago Maggiore" (NLM) cessera ses activités de service public sur le bassin suisse du Lac Majeur.

La Suisse et l'Italie ont signé un mémorandum d'accord afin de parfaire la qualité du service sur le lac. Des groupes de travail sur le plan fédéral et cantonal ont défini une amélioration de l'offre et une nouvelle concession a été signée fin 2016 pour les dix prochaines années. Or cette dernière prévoit une possible collaboration entre l'italienne NLM et l'helvétique "Società Navigazione Lugano".

Des garanties ont été fournies pour le maintien de l'offre et du personnel dans ce cadre, mais uniquement jusqu'à la fin décembre 2017. Des informations doivent être fournies d'ici la fin juillet sur ce consortium, mais les grévistes et les syndicats ne veulent pas patienter jusque-là.

ATS