Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Non à l'extrémisme, non à la violence", "A bas le gouvernement": plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés lundi près des bureaux du Premier ministre jordanien pour demander la démission du gouvernement au lendemain de l'assassinat de l'écrivain Nahed Hattar.

KEYSTONE/EPA/JAMAL NASRALLAH

(sda-ats)

Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés lundi près des bureaux du Premier ministre jordanien. Ils demandent la démission du gouvernement au lendemain de l'assassinat de l'écrivain Nahed Hattar.

Cet écrivain chrétien connu pour ses positions nationalistes radicales a été abattu dimanche par un homme. Il était en route pour le palais de justice d'Amman afin d'assister à une audience au cours de laquelle il devait répondre d'insulte à la religion.

Il avait été arrêté au mois d'août pour avoir publié sur un réseau social une caricature montrant un homme barbu installé dans un lit au paradis avec des femmes et demandant à Dieu de lui apporter du vin et des noix de cajou.

"Non à l'extrémisme, non à la violence", "A bas le gouvernement", criaient les manifestants qui brandissaient des photos de l'écrivain assassiné. L'auteur était en outre connu pour son soutien au président syrien Bachar al Assad.

Les membres de sa famille accusent le gouvernement jordanien de ne pas avoir suffisamment protégé Nahed Hattar après sa libération sous caution, et alors même qu'il avait reçu des menaces de mort. "Nous demandons à tout le moins la démission du Premier ministre", a déclaré à Reuters la soeur de l'écrivain décédé, Khaled Hattar.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS