Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des milliers de Portugais ont manifesté samedi à Lisbonne et dans plusieurs villes du pays contre les mesures d'austérité du gouvernement de centre-droit. Ces mouvements témoignent d'un net regain du mécontentement social.

"Stop au terrorisme social", "Ceux qui volent le Portugal doivent être jugés", "Bientôt l'Etat volera les morts", pouvait-on lire sur quelques-unes des nombreuses banderoles et petites affiches brandies à Lisbonne. Ils étaient plus de 100'000 à manifester à Lisbonne et dans une trentaine d'autres villes.

"Que la troïka aille au diable", était le principal slogan des manifestations organisées pour signifier le rejet des mesures de rigueur imposées par les trois bailleurs de fonds du Portugal, l'UE, le FMI et la BCE, en échange du plan de sauvetage de 78 milliards d'euros accordé au pays en mai 2011.

Les manifestations, convoquées sur Facebook par des universitaires, artistes, poètes ou musiciens, revendiquaient un caractère apolitique même si elles ont reçu le soutien de quelques partis d'extrême-gauche et du principal syndicat portugais, la CGTP.

Nouvelles augmentations d'impôts

Les forces de l'ordre sont restées discrètes aux abords du rassemblement de Lisbonne, mais un hélicoptère de la police survolait la manifestation provoquant de fréquentes huées des protestataires.

Le mécontentement s'est nettement amplifié après les récentes décisions du gouvernement de procéder cette année à de nouvelles augmentations d'impôts et de prévoir pour l'année prochaine une hausse de 11% à 18% des cotisations salariales. Selon des experts, cette mesure équivaut à la perte d'un mois de salaire.

Ce renforcement de l'austérité a valu au Premier ministre Pedro Passos Coelho un flot de critiques de la part de l'opposition de gauche, mais aussi au sein de son propre parti social-démocrate. Les nouvelles mesures ne sont même pas parvenues à convaincre le patronat bien qu'elles prévoient une baisse des charges patronales.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS