Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le barrage de Schiffenen a vu sa production reculer en raison des problèmes d'oxygène dans le lac éponyme (archives).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

De nombreux poissons ont été retrouvés morts début août entre le barrage Schiffenen (FR) et la confluence avec la Singine à Laupen (FR). Ils ont probablement succombé à un manque d'oxygène, selon des analyses effectuées par le Tierspital de Berne.

Une coloration brune à la surface du lac de Schiffenen a été signalée au Service de l’environnement (SEn) pendant l'été, a indiqué mercredi l'Etat de Fribourg. Il s'agissait d'une prolifération d'algues, à savoir la croissance explosive d'une seule espèce d'algue présente naturellement dans le lac et qui sont inoffensives pour l'homme.

Cumul de facteurs

Ces algues, présentes par milliards à la surface de l’eau, meurent après quelques jours et coulent au fond du lac où elles se dégradent en consommant de l’oxygène, précise le communiqué. En raison de leur quantité inhabituellement élevée, la majeure partie de l’oxygène de la couche inférieure du lac de Schiffenen a du coup été consommée.

Des mesures réalisées le 22 août ont confirmé une grave carence en oxygène (anoxie) à partir d’une profondeur de 5 mètres. La prolifération n’est pas liée à une pollution particulière, mais à un cumul de facteurs, en particulier la chaleur localement importante des eaux, la teneur en nutriment satisfaisante mais élevée et l’absence de brassage des eaux du lac en cette saison.

Le phénomène d’anoxie du lac se répercute sur la Sarine, étant donné que, en condition normale d’exploitation du barrage de Schiffenen, les eaux sont prélevées à une profondeur de 15 mètres avant d’être utilisées pour la production d’électricité et déversées en aval.

Perte de production

Des mesures urgentes ont été arrêtées pour contrer les dégâts. Le Groupe E, qui exploite le barrage, laisse désormais déverser une partie des eaux depuis la surface du lac mieux oxygénée (environ 12% du débit rejeté à la Sarine).

Ces mesures se poursuivront jusqu’à ce que les conditions d’oxygène dans le lac soient redevenues satisfaisantes, explique l'Etat de Fribourg. Elles conduisent cependant à une perte de production d’électricité importante, étant donné que les eaux prises en surface ne peuvent pas être turbinées.

De nouvelles informations suivront après observation attentive de la situation. La baisse des températures attendue ces prochaines semaines devrait permettre de résoudre naturellement le problème d’anoxie des couches profondes du lac.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS