Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Manuel Valls s'est rendu à proximité de la Mer de Glace, près de Chamonix. Ce lieu constitue par son rétrécissement le "révélateur, à très grande échelle, à l'oeil nu" du réchauffement climatique et des défis qu'il pose, a déclaré le Premier ministre français.

"Ce n'est pas un sujet intellectuel, philosophique. C'est une réalité qui pèse sur la nature (...) Le froid de l'hiver ne compense plus le réchauffement de l'été", a commenté le chef du gouvernement devant des journalistes.

Manuel Valls devait présider ensuite une réunion du Conseil national de la Montagne, une instance consultative réunissant élus et les divers acteurs concernés par les zones montagneuses.

"En 2030, c'est 100 gigawatts qu'il faut viser concrètement en France pour les énergies renouvelables à côté du nucléaire (...) qui gardera une part essentielle, au moins 50%, dans les années qui viennent", a ajouté le Premier ministre en rappelant la conférence de Paris sur le climat, du 30 novembre au 11 décembre.

ATS