Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Washington - BP a lancé, après avoir reçu le feu vert des garde-côtes américains, la tentative de colmatage du puits de pétrole à l'origine de la marée noire dans le golfe du Mexique. Plus tôt dans la journée, le groupe pétrolier britannique a reconnu des "défaillances" ayant conduit à la catastrophe.
La procédure est baptisée "top kill" en anglais. D'un bateau mouillant en surface, une solution faite d'eau, de matières solides et de barite, un minerai, est injectée à très haute pression dans deux conduits qui mènent à la valve anti-explosion, d'où s'échappent le pétrole et le gaz. Il s'agira ensuite de sceller le puits avec du ciment.
L'opération avait été approuvée, après que des scientifiques travaillant pour l'administration américaine ont validé la procédure et après des consultations avec l'amiral des garde-côtes Thad Allen, responsable de la réponse apportée à la marée noire par les autorités américaines.
L'idée, explique Bruce Murray, ingénieur pétrochimiste, est d'inverser la pression. Si la pression appliquée à la fuite est assez forte, le mélange devrait pouvoir forcer le pétrole à se replier dans le gisement et à l'immobiliser.
Mais, souligne les experts, l'opération n'est pas sans danger. La pression requise pour stopper la fuite est tellement forte que le gisement ou la valve anti-explosion -- ou les deux -- pourraient être endommagés. Le procédé produirait alors l'effet inverse de celui escompté: une fuite encore plus importante.
Sur la terre ferme, Tony Hayward, le directeur général de BP, a reconnu sur CNN que "toute une série de défaillances" étaient apparues avant l'explosion de la plateforme le 20 avril qui a tué 11 employés du groupe pétrolier. Mais, a-t-il ajouté, "l'enquête est encore loin d'être terminée".
Mardi soir, des élus du Congrès américains ont annoncé avoir eu accès à une enquête interne de BP sur la catastrophe. Le document pointe que "trois signes avant-coureurs" de l'imminence d'un danger sont survenus dans l'heure qui a précédé l'explosion.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS