Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Athlétisme - Viktor Röthlin a rempli sa mission au marathon de New York.
Onzième d'une course remportée par Geoffrey Mutai (Ken), l'Obwaldien a certes manqué son objectif de top 10, mais sa performance reste très honorable.
Röthlin a franchi la ligne d'arrivée à Central Park avec un chrono de 2h12'26, à 40 secondes de la dixième place. Le marathonien de 37 ans n'avait plus été à pareille fête depuis son titre aux Européens de Barcelone en 2010. Ses deux dernières sorties s'étaient, en revanche, achevées sur autant d'échecs: abandon à New York en 2010 et prestation décevante ce printemps à Londres.
Très régulier tout au long du parcours, Röthlin pointait au 14e rang à la mi-course, avant de grignoter trois places dans les derniers kilomètres.
S'il a effacé son mauvais souvenir de 2010 à "Big Apple", Röthlin est resté en retrait par rapport à sa première participation en 2005, lorsqu'il avait signé son premier coup d'éclat sur marathon en terminant 7e (2h11'44). A sa décharge, il s'est retrouvé isolé cette année après une dizaine de kilomètres, sans pouvoir bénéficier du travail d'autres coureurs.
Loin devant Röthlin, Geoffrey Mutai a triomphé. La marathonien de 30 ans a couru en 2h05'06, pulvérisant de 2'37 le record de l'épreuve qui datait de 2001. Sur un tracé plus roulant, cette performance aurait peut-être pu lui permettre battre le record du monde (2h03'38).
Ce succès couronne une année faste pour le Kenyan. En avril, il avait couru le marathon le plus rapide de l'histoire à Boston en 2h03'02, un chrono qui n'avait finalement pas été homologué par la Fédération internationale en raison des spécificités du parcours.
Pour décrocher son chèque de 200'000 dollars (130'000 pour la victoire + 70'000 dollars pour le record du parcours), Geoffrey Mutai s'est extirpé d'un groupe d'une dizaine de coureurs au bout d'une heure et demie de course. Personne n'a pu résister à son accélération.
Au final, il a devancé son compatriote et homonyme Emmanuel Mutai, avec qui il n'a pas de lien de parenté. Vainqueur du marathon de Londres cette année et déjà 2e à New York en 2009, E. Mutai a été relégué à plus d'une minute. La troisième place est revenue à l'Ethiopien Tsegaye Kebede.
Chez les dames, l'Ethiopienne Firehiwot Dado (27 ans) a remporté l'épreuve sur le fil, devançant de seulement quatre secondes sa compatriote Buzunesh Deba, qui vit à New York et courait sur un parcours qu'elle connaît bien. A l'opposé, Dado était pour la première fois en lice à New York. Remarquée cette année pour avoir gagné une troisième fois d'affilée le marathon de Rome, elle s'est imposée en 2h23'15.

ATS