Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le taux de chômage a diminué en avril en Suisse à 3,1%, contre 3,2% en mars. A la fin du mois, 123'158 personnes étaient inscrites au chômage auprès des offices régionaux de placement, soit une baisse de 3234.

Le chômage atteint quasiment le même niveau qu'en avril 2011, avec une baisse de 290 personnes (-0,2%) sur un an, a indiqué lundi le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO).

La baisse du chômage en avril est due uniquement à des effets saisonniers, relève Serge Gaillard, chef de la Direction du travail au SECO. Hors facteurs saisonniers, le taux de chômage augmente de 0,1 point à 3,1%.

Situation enviable

La Suisse affiche une situation enviable en comparaison internationale, alors que le taux de chômage dans la zone euro a atteint en mars son plus haut niveau depuis la création de l'union monétaire, à 10,9% de la population active.

Le nombre de jeunes chômeurs (15-24 ans) a continué de diminuer en avril en Suisse. Traditionnellement plus élevé, le taux dans cette catégorie d'âge a baissé de 0,2 point à 3%, soit en dessous de la moyenne nationale.

Recul généralisé

L'ensemble des demandeurs d'emplois inscrits s'élève à 176'142 personnes, soit 4770 de moins que le mois précédent et 4899 de moins qu'en avril 2011. Le nombre de places vacantes annoncées aux offices régionaux de placement a pour sa part augmenté de 444 en avril, à 18'306.

Le taux de chômage a baissé dans quasiment tous les cantons. En Suisse romande, seul le Valais affiche une stagnation avec un taux de 4,1%. Dans le Jura, il a reculé de 0,2 point dans le Jura, à 3,2%.

Détérioration à prévoir

Le taux de chômage atteint 5,2% à Genève (-0,1 point) et 5,1% dans le canton de Vaud (-0,1 point). A Neuchâtel, le taux de chômage s'inscrit à 4,7% (-0,1 point). Fribourg reste le seul canton romand à pouvoir se targuer d'un taux inférieur à la moyenne nationale avec 2,7% (-0,1 point).

Même si les prévisions conjoncturelles sont plus optimistes qu'il y a quelques mois, le SECO prévoit toujours une légère détérioration du marché du travail pour la suite de l'année en raison de la force du franc et de la situation en Europe. Les experts de la Confédération tablent sur un taux de chômage annuel de 3,4%.

ATS