Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paris - Un nouveau vent de panique a soufflé sur les marchés financiers, touchant en particulier les Bourses européennes et l'euro. Les inquiétudes persistantes sur la santé économique et budgétaire de la zone euro ont eu raison de l'apaisement apporté par le mégaplan de l'UE.
Les Bourses européennes ont fini sur de fortes baisses, -6,64% pour Madrid, -5,26%, à Milan, -3,12% à Francfort, -4,59% pour Paris, -3,41% à Athènes, -3,14% à Londres. Zurich a de son côté cédé 2,23%. Peu avant 18h00, Lisbonne perdait 4,27%. A la mi-séance, Wall Street creusait aussi ses pertes. Le Dow Jones abandonnait 1,84% et le Nasdaq 2,68%.
De son côté, l'euro est tombé à son plus bas niveau depuis fin octobre 2008 à 1,2359 dollar, les cambistes craignant que les problèmes de dette en zone euro ne pèsent à long terme sur la reprise économique en Europe et ne remette en question l'union monétaire, notaient des courtiers.
Les analystes de BNP Paribas s'étaient pourtant dit "prudemment optimistes sur le retour à un début de stabilité sur les marchés en Europe" ce matin, tout en soulignant que "de vives inquiétudes demeurent" et que "les investisseurs ont besoin d'être davantage convaincus de la volonté des gouvernements à réduire leurs déficits".
Principales victimes de l'inquiétude des marchés, les valeurs bancaires ont tout particulièrement souffert. UBS a abandonné 4,67% à 15,92 francs et Credit Suisse 4,08% à 46,54 francs.
Quant à l'or, il a inscrit un nouveau record historique à près de 1250 dollars l'once, le métal jaune attirant les investisseurs épris de sécurité dans un contexte d'inquiétudes persistantes sur les dettes des pays de la zone euro.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS