Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une centaine de personnes brandissant des ballons blancs ont décidé de braver le sentiment d'insécurité pour arpenter les rues de Jacarezinho.

KEYSTONE/APA/ROBERT JAEGER

(sda-ats)

Environ 200 personnes se sont rassemblées dimanche à Rio de Janeiro pour une manifestation contre la violence. Ils ont arpenté les rues de la favela Jacarezinho, où des affrontements entre policiers et trafiquants de drogue ont fait sept morts ces dix derniers jours.

"Nous vivons dans la peur, les gens ont peur de sortir de chez eux parce qu'ils savent qu'ils peuvent être atteints par des balles perdues", a déploré Carmen Camerino, 49 ans. Elle participait à la "Marche pour la Paix", organisée par l'ONG Observatoire des Favelas.

"Les fusillades peuvent arriver à n'importe quel moment. On n'arrive même plus à dormir à cause des tirs au milieu de la nuit et ça fait une semaine que les enfants ne vont plus à l'école", a raconté cette habitante de Jacarezinho.

Population terrorisée

Dans cette favela située au nord de Rio, près de l'aéroport international, des échanges de tirs terrorisent la population depuis le 11 août. Un policier de 36 ans était mort au cours d'une incursion des forces de l'ordre pour tenter de neutraliser un gang de trafiquants de drogue.

Selon les services de santé municipaux, deux personnes sont mortes dans la seule journée de samedi, une femme de 50 ans et un homme de 24 ans. Trois autres ont été blessées, dont une grièvement.

"Il faut en finir à cette violence. Combien de vies doivent encore être fauchées pour venger la mort d'un policier ?", s'est insurgée Telma Silva de Assis, 39 ans, dont le père et la soeur ont été tués par des balles perdues.

La manifestation de dimanche était censée se concentrer dans le quartier populaire de Benfica, au pied de plusieurs favelas installées sur des collines. Mais une centaine de personnes brandissant des ballons blancs ont décidé de braver le sentiment d'insécurité pour arpenter les rues de Jacarezinho, a constaté un photographe de l'AFP présent sur place.

Flambée de violence

Au même moment, une autre manifestation en hommage au policier tué le 11 août avait lieu dimanche matin sur la plage de Recreio, dans l'ouest de la ville, en présence de nombreux surfeurs qui avaient l'habitude de pratiquer ce sport avec lui. Il s'agit du 97e policier mort en service depuis le début de l'année.

Face à cette flambée de la violence, le gouvernement a fait appel à l'armée, déployant fin juillet près de 10'000 hommes qui ont déjà participé à deux vastes opérations contre les bandes armées dans des favelas, où s'entassent près d'un quart de la population, souvent dans des conditions d'extrême dénuement.

Rio a enregistré au premier semestre son plus haut niveau de violences depuis 2009, avec 3457 homicides, soit 15% de plus que sur la même période en 2016, selon des données de l'Institut de sécurité publique (ISP).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS