Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le drapeau européen omniprésent samedi dans les rues de Varsovie

KEYSTONE/EPA PAP/RADEK PIETRUSZKA

(sda-ats)

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi à Varsovie pour "défendre la liberté", menacée selon elles, par le pouvoir conservateur nationaliste de Jaroslaw Kaczynski. L'opposition, incarnée par Plateforme civique (PO), redevient compétitive.

"Nous voulons une Pologne démocratique, pro-européenne, fière, qui cherche dans l'Union européenne des amis et des partenaires et non pas des ennemis", a déclaré à la foule Grzegorz Schetyna, le chef du principal parti d'opposition centriste.

Les manifestants s'étaient réunis devant la mairie de Varsovie avant de parcourir environ 2,5 km, le long de l'axe principal du centre de la capitale polonaise jusqu'à la place de Constitution. Selon la mairie, gouvernée par PO, 70'000 personnes ont rejoint la marche. Selon la police, les manifestants étaient au nombre de 9000.

Au-dessus de leurs têtes flottait une multitude de drapeaux polonais ainsi que le bleu et les étoiles du drapeau européen. "Nous entendons la notion de liberté de manière différente que Kaczynski, que Erdogan ou Poutine", a déclaré à la tribune Jacek Jaskowiak, le maire de la ville de Poznan, dans l'ouest du pays. "Cette liberté, nous allons la préserver et la défendre", a-t-il insisté.

Des représentants d'autres partis d'opposition, des syndicats d'enseignants et des représentants de différentes autorités locales avaient rejoint cette "Marche de la liberté" organisée par PO.

Ce parti, selon un sondage publié fin avril, a dépassé les conservateurs dans les intentions de vote avec 29% à 31% de soutien, pour la première fois depuis les élections d'octobre 2015.

"A contresens"

S'exprimant à Szczecin (nord-ouest) juste avant la manifestation à Varsovie, Jaroslaw Kaczynski, le chef du parti Droit et Justice (PiS) au pouvoir, a assuré que "la liberté était présente en Pologne dans toutes les dimensions pratiquées dans les pays démocratiques".

"En participant à cette marche, vous marchez à contresens", a-t-il ajouté.

Cette manifestation a été organisée en réaction à une série de lois et de démarches des conservateurs visant le système de la justice, la démocratie locale, l'éducation, l'environnement, la fonction publique, les médias et d'autres institutions démocratiques, qui ont été jusqu'à susciter l'inquiétude au sein de l'Union européenne.

La Commission européenne a mis en garde de manière répétée l'actuel gouvernement polonais, estimant que certaines de ses réformes portaient atteinte à l'Etat de droit.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS