Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Markus Seiler sera le nouveau secrétaire général du DFAE (archives).

KEYSTONE/MARCEL BIERI

(sda-ats)

Markus Seiler sera secrétaire général du Département fédéral des affaires étrangères dès décembre. Le Conseil fédéral a nommé mercredi l'actuel directeur du Service de renseignement de la Confédération comme bras droit du nouveau chef de la diplomatie Ignazio Cassis.

Agé de 49 ans et PLR, M.Seiler est au service de la Confédération depuis 1997. Collaborateur personnel du ministre des finances radical Kaspar Villiger, il a été secrétaire général du Département fédéral de la défense de 2005 à 2010 (sous les UDC Samuel Schmid et Ueli Maurer) avant d'être nommé directeur du Service de renseignement.

Dans ses fonctions actuelles, il a fusionné les deux services civils de renseignement et mis sous toit la nouvelle loi sur le renseignement. A son passif en revanche, on compte diverses affaires comme l’important vol de données par un employé au cœur du SRC ou la récente affaire du collaborateur chargé d’espionner le fisc allemand.

Pas de présentation

La nomination du chef des renseignements n'est pas une surprise. La presse avait évoqué son nom depuis un moment. Son réseau sera très utile au ministre des affaires étrangères. Une fois n'est pas coutume, le conseiller fédéral n'est pas venu présenter son nouveau bras droit à la presse et n'a pas justifié son choix dans le communiqué.

M.Seiler succédera en décembre à Benno Baettig qui occupera d’autres fonctions au sein du Département des affaires étrangères. L'actuel secrétaire général avait été nommé par Didier Burkhalter à son arrivée en 2009.

Marié et père de quatre enfants, M.Seiler habite à Spiez (BE). Docteur en sciences politique de l’Université de Saint-Gall, il s'est perfectionné notamment dans le domaine de la sécurité et du management aux Etats-Unis, en France et à Singapour.

Vacance chez Guy Parmelin

Reste à savoir qui lui succédera à la tête du Service de renseignement. Son départ offre une chance au ministre de la défense Guy Parmelin de pourvoir un autre poste clé que celui du chef de l'armée avec la personne de son choix.

La garde rapproche du nouveau ministre des affaires étrangères est en revanche complète. Le Tessinois a gardé comme collaborateur personnel Jon Fanzun, qui officiait pour son prédécesseur et débauché Charles Jean-Richard, actuel secrétaire du groupe PLR.

Pas de changement en revanche pour l'instant du côté du chef de presse Jean-Marc Crevoisier, ni de la secrétaire d'Etat aux affaires étrangères Pascale Baeriswyl. La socialiste est en poste depuis moins d'un an.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS