Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Martin Landolt est le nouveau président du parti bourgeois-démocratique (PBD). Les délégués réunis en assemblée l'ont élu samedi à Glaris. Le Glaronais âgé de 43 ans succède au conseiller national bernois Hans Grunder. M. Landolt était le seul candidat.

Trois ans et demi après sa fondation, le PBD s'est à nouveau réuni à Glaris, où il s'est constitué en 2008 après sa scission avec l'UDC. Quelque 200 délégués étaient présents.

Dans son allocution, Martin Landolt a promis que sous sa présidence aussi, le PBD allait contribuer avec pragmatisme et soin à la recherche de solutions. "Nous n'allons pas nous demander quoi dire pour obtenir le maximum d'applaudissements et faire un show".

Martin Landolt a notamment souligné qu'il entend profiler davantage le PBD. Le parti entend également croître, en Suisse romande surtout, "une région très importante pour la Suisse", mais il a catégoriquement rejeté l'idée d'une fusion avec un autre parti. "En aucun cas, nous n'abandonnerons notre autonomie", a-t-il dit.

Non au "managed care"

Le président sortant Hans Grunder, 55 ans, qui a dirigé le parti depuis sa fondation, lui a apporté son soutien: "Notre maison est construite. Nos plans et notre programme sont définis et les frontières par rapport aux autres formations sont claires", qu'il s'agisse du PDC ou autre.

Le parti a également fait part de ses mots d'ordre. Les délégués recommandent ainsi le non au "managed care" soumis au vote le 17 juin. La décision a été prise par 100 voix contre 75 et 5 abstentions. Les critiques sont venues des sections romandes surtout. En fin de compte, la révision n'apporte que des inconvénients, ont argumenté les adversaires de l'objet.

Non, presque unanime, aussi à l'initiative de l'ASIN "accords internationaux: la parole au peuple!", cette fois en adéquation avec la direction du parti. Quant à l'initiative "accéder à la propriété grâce à l'épargne-logement", le PBD donne la liberté de vote.

ATS