Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tennis - Novembre n'est pas le mois d'Andy Murray. Forfait à Bâle après... un faux mouvement dans son sommeil, l'Ecossais s'apprête à abandonner au Masters de Londres.
Diminué par une contracture à l'aine, Murray s'est incliné 6-4 7-5 face à David Ferrer lors de son premier match du round-robin. Face au Valencien, il fut le premier à réussir un break dans chaque set. Mais il fut incapable de conserver cet avantage en raison de choix tactiques bien discutables et sans doute aussi d'une certaine retenue due à son état physique.
"Je me suis blessé à l'entraînement la semaine dernière, explique Murray. J'ai tenté ma chance cet après-midi. Il y avait la place pour passer. Maintenant, je dois réfléchir si cela vaut la peine de poursuivre le tournoi. Je prendrai ma décision mardi".
Après cette défaite en deux sets qui hypothèque très sérieusement ses chances de qualification dans ce groupe A où figurent également Novak Djokovic et Tomas Berdych, tout indique que Murray jettera l'éponge. "Je suis entré sur le court aujourd'hui en raison de l'importance de l'événement, avoue-t-il. Pour un Grand Chelem ou un Masters, on peut prendre des risques. Si on était dans un autre tournoi, je n'aurais pas joué".
Cette nouvelle blessure pourrait bien coûter à Andy Murray sa place de no 3 mondial. Il la perdra si Roger Federer se qualifie pour la finale de dimanche. L'écart entre les deux hommes n'est plus que de 510 points. Titré cet automne à Bangkok, Toyko et Shanghaï - il avait réussi une série de 17 matches sans défaite -, Andy Murray risque de connaître une fin de saison en queue de poisson. "Une telle issue serait très amère", glisse l'Ecossais.

ATS