Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tennis - Privé pour la première fois depuis 2003 d'un titre du Grand Chelem, Roger Federer veut reprendre la main en cette fin d'année. Le Bâlois recherche à Londres sa sixième victoire au Masters.
Même s'il ne cracherait pas sur les 1500 points ATP et sur le chèque de 1,63 million de dollars promis au joueur qui gagnera ses cinq matches à l'O2 Arena, Roger Federer n'a qu'un seul but dans ce Masters qu'il entamera dimanche face Jo-Wilfried Tsonga: démontrer qu'il possède toujours le jeu, les jambes et, surtout, le mental pour battre Novak Djokovic et Rafael Nadal.
Malgré ses deux récentes victoires à Bâle et à Paris-Bercy, deux tournois où il n'a pas croisé la route de ses deux grands rivaux, Federer ne peut pas masquer une réalité crue: sa saison 2011 a été décevante, "plombée" essentiellement par deux défaites mortifiantes en quarts de finale à Wimbledon face à Jo-Wilfried Tsonga et à Flushing Meadows en demi-finales devant Novak Djokovic.
S'il avait gagné ces deux rencontres, la lecture de son année serait bien différente. A Londres, le no 4 mondial possède toutefois une occasion unique d'embellir son bilan.
Le numéro 1 mondial, Novak Djokovic, aborde l'échéance amoindri. A Bâle, le Serbe a quitté la scène sur un 6-0 infligé par Kei Nishikori . A Bercy, il a déclaré forfait avant son quart de finale contre Tsonga. Blessé au dos en septembre et à l'épaule ces dernières semaines, Nole sera-t-il d'attaque à Londres ?
Inactif depuis le 13 octobre, le jour de sa défaite 7-6 6-3 en huitième de finale du Masters 1000 de Shanghaï face à Florian Mayer, Rafael Nadal se rend à Londres avec le rêve secret de combler le seul vide de son palmarès. Mais l'Espagnol n'a gagné qu'un seul tournoi indoor dans sa carrière riche de 46 titres: le Masters Series de Madrid en 2005.
No 3 mondial mais toujours en retrait par rapport au trio maître, Andy Murray bénéficiera bien sûr du soutien du public londonien tout acquis à sa cause. Mais comme à Wimbledon, l'Ecossais n'est pas encore parvenu, lors des deux premières éditions de ce Masters, à juguler toute la pression qui pèse sur ses épaules.

ATS