Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tennis - Roger Federer a connu une entame en douceur au Masters 1000 de Rome. Le no 2 mondial s'est promené contre l'Argentin Carlos Berlocq, s'imposant 6-3 6-4 en 1h09'.
Titré dimanche à Madrid et émoussé par les efforts fournis, Roger Federer avait décidé au dernier moment de participer à Rome. Souhaitant se ménager, il ne pouvait donc pas rêver mieux que cette entrée en matière face à Carlos Berlocq (ATP 38). Pour la première fois opposé à l'homme aux 16 titres en Grand Chelem, l'Argentin est apparu tétanisé en début de rencontre, perdant 12 des 13 premiers points.
Roger Federer n'en demandait pas tant, achevant le premier set en moins d'une demi-heure. Face à un adversaire un brin plus coriace, il devait se montrer plus patient dans la seconde manche. Il signait le break à 4-4, puis bouclait l'affaire dans le jeu suivant sur une ultime faute en revers de Carlos Berlocq.
Comme à Madrid, le Bâlois a particulièrement brillé avec son jeu d'attaque. Il a ainsi enlevé près d'un point sur trois au filet (18 sur 57 gagnés au total).
En 8e de finale, Roger Federer retrouvera l'Espagnol Juan Carlos Ferrero (ATP 47), tombeur du Français Gaël Monfils au 2e tour. Les deux anciens nos 1 mondiaux se sont affrontés à 12 reprises, avec un net avantage pour le Bâlois (9-3). Leur dernier duel commence toutefois à dater, puisqu'il avait eu lieu en 2007 à Wimbledon (succès de Federer en quatre sets).
Roger Federer n'a jusqu'ici jamais été titré à Rome, en onze tentatives. Il s'agit même d'un des tournois qui lui a le moins bien réussi par le passé. Certes deux fois finaliste (2003 et 2006), il avait souvent été éliminé prématurément, comme lors des deux précédentes éditions (8e de finale en 2011, 2e tour en 2010). Cette année encore, il s'agira moins pour lui de triompher que de peaufiner sa préparation en vue de Roland Garros, qui débute le 27 mai.

ATS