Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La hausse des prix des matières premières au niveau mondial a des répercussions en Suisse surtout sur les producteurs de porcs, de poulets et d'oeufs, qui nourrissent leurs animaux avec du soja. Le surcoût est estimé à plus de 100 millions de francs.

Entre décembre et mars, le prix du tourteau de soja sans OGM est passé de 45 francs à 75 voire 80 francs les 100 kilos, a indiqué lundi à l'ats Rudolf Marti, directeur de l'Association suisse des fabricants d'aliments fourragers (VSF). C'est le soja qui a le plus augmenté mais le tourteau de colza et le gluten de maïs sont également partis à la hausse, a-t-il ajouté.

Or la Suisse importe environ 320'000 tonnes de ces produits par année. Cette hausse de plus de 300 francs la tonne a donc pour conséquence un surcoût global avoisinant les 100 millions, explique M. Marti, revenant sur les informations de différents médias.

Les producteurs de porcs sont les plus touchés, avec un surcoût de 60 à 70 millions. Pour eux, "la situation est extrêmement difficile", note Rudolf Marti, dans un contexte de surproduction et de prix très bas. Le secteur de la volaille et des oeufs est lui concerné à hauteur de 25 à 30 millions.

Elevage bovin moins touché

L'élevage bovin de même que les producteurs de lait sont moins touchés, les vaches se nourrissant toujours principalement d'herbe. Le complément en aliments est ici de l'ordre de 10%.

Selon M. Marti, les prix vont rester élevés et la question est de savoir qui va payer. Pour le poulet et les oeufs, ce sera le consommateur, d'autant plus que le poulet venant de l'étranger va également augmenter, la situation y étant identique.

Pour les porcs, le spécialiste juge les perspectives "très mauvaises". Une éventuelle réautorisation des farines animales - comme vient de le faire l'Union européenne pour les poissons d'élevage - ne compenserait que 10% environ des protéines végétales.

Les éleveurs de porcs espèrent maintenant une aide de la Confédération. Pas une aide financière, mais simplement "des mesures atténuant la hausse des coûts", explique Felix Grob, directeur de suisseporcs.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS