Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Michael Matthews était tout heureux, devant la presse, d'évoquer sa première victoire de la saison. Après s'être fracturé l'épaule au Het Nieuwsblad en février, il revient de loin.

"Après Liège - Bastogne - Liège, je ne savais pas à quoi m'attendre. J'ai senti que j'avais de bonnes jambes et je suis très heureux d'avoir pu fêter un succès qui me donne confiance pour la suite de la saison." Le 24 février, l'Australien s'était cassé l'épaule dans la classique belge. Le 17 mars, il était de retour à Milan - San Remo où il se classait 7e! Le coursier des antipodes est-il un extra-terrestre? "Non. J'ai encore mal et je ne peux pas lever complètement mon bras gauche." On n'ose imaginer la souffrance du coureur dans les 500 derniers mètres du prologue...

Matthews découvrait presque le Tour de Romandie, lui qui n'y avait participé qu'à une seule reprise en 2013. Une expérience qui tourna court puisqu'il abandonna après le prologue, malade. Cette fois-ci, il a triomphé avec un moral au beau fixe. Comme le temps qui régnait à Fribourg. "Les paysages étaient magnifiques".

A la question de savoir s'il était étonné d'être talonné par Tom Bohli, l'Australien s'est montré joueur: "A dire vrai, j'attendais plus mon compatriote Rohan Dennis chez BMC. J'ai peut-être brisé le rêve du peuple suisse en privant Bohli du maillot jaune. Mais c'est un coureur talentueux qui en gagnera d'autres."

Requinqué par ce succès, Matthews rêve de garder ce maillot jaune à Delémont mercredi soir. "C'est sûr qu'il y a une opportunité pour conserver cette place de leader. On va bien préparer notre affaire."

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS