Toute l'actu en bref

Theresa May a annoncé que les négociations officielles entre Londres et l'Union européenne sur les termes du Brexit débuteraient le 19 juin.

KEYSTONE/EPA BLOOMBERG POOL/CHRIS J. RATCLIFFE / POOL

(sda-ats)

Theresa May a annoncé lundi que les négociations officielles entre Londres et l'Union européenne sur les termes du Brexit débuteraient le 19 juin. Soit onze jours après les élections législatives anticipées en Grande-Bretagne.

"Ces négociations débuteront exactement onze jours après le jour du vote. Il ne sera pas possible de les retarder. Les Européens sont prêts. C'est le calendrier qui a été fixé", a déclaré la Première ministre britannique à la presse.

La semaine dernière, Michel Barnier, chargé par la Commission européenne de conduire les négociations sur le Brexit, avait dit espérer que les premières discussions avec Londres auraient lieu dans la semaine du 19 juin.

Les Britanniques se rendent aux urnes le 8 juin pour des élections législatives anticipées. La Première ministre britannique attend de ce scrutin un mandat solide pour aborder en position de force les négociations avec Bruxelles.

Avance des conservateurs

Les sondages réalisés depuis l'attentat de Manchester, il y a une semaine, montrent un rapprochement des courbes d'intention de vote. Les conservateurs de May conservent cependant une avance de six à douze points sur les travaillistes de Jeremy Corbyn.

Lors des précédentes élections législatives, en 2015, les Tories, conduits par son prédécesseur David Cameron, avaient obtenu douze sièges de majorité absolue au Parlement. Si May ne fait pas largement plus au soir du 8 juin, son pari aura échoué.

Partenaire solide

Le Royaume-Uni a par ailleurs affirmé qu'il serait un "partenaire solide" de l'Europe, en réponse à la chancelière allemande Angela Merkel qui avait estimé dimanche ne plus pouvoir "entièrement compter" sur ses alliés à Londres et Washington.

"Nous voulons rassurer l'Allemagne et les autres grands pays européens que nous serons un partenaire solide sur la défense et la sécurité, et nous l'espérons, le commerce", a affirmé la ministre britannique de l'Intérieur, Amber Rudd, sur BBC Radio 4.

ATS

 Toute l'actu en bref