Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le géant américain de la restauration rapide McDonald's a enregistré un bond de 35,4% à 1,1 milliard de dollars (1,07 milliard de francs) de son bénéfice net au premier trimestre. C'est le signe que son plan de relance commence à porter ses fruits.

Le bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, s'est établi à 1,23 dollar contre 1,16 dollar attendu en moyenne par les analystes, selon un communiqué publié vendredi.

Le chiffre d'affaires a pour sa part très légèrement diminué de 1% sur un an à 5,9 milliards de dollars, mais il est supérieur aux 5,82 milliards anticipés par les analystes. Le titre gagnait dans la foulée 1,95 à 128,24 dollars vers 14h30 dans les échanges électroniques à Wall Street.

"Je suis fier de dire que notre plan de relance prend racine. Les investissements que nous sommes en train de réaliser (...) commencent à donner des résultats positifs soutenus", s'est réjoui le directeur général Steve Easterbrook, cité dans le document.

Les ventes mondiales en magasins comparables, qui comptabilisent la performance des restaurants ouverts sans discontinuer lors des 13 derniers mois, ont progressé de 6,2% sur les trois derniers mois, soit leur troisième trimestre de hausse consécutif.

La santé du numéro un mondial

Ces chiffres donnent une idée de la santé de l'activité du numéro un mondial de la restauration rapide, un des symboles du "soft power" américain (puissance douce) avec Coca-Cola et Hollywood.

La performance la plus spectaculaire est à observer aux Etats-Unis, premier marché contributeur aux bénéfices. Les ventes en magasins comparables y ont augmenté de 5,4% au premier trimestre.

McDonald's attribue ce redressement à sa décision de proposer depuis six mois une offre de petit déjeuner disponible 24 heures sur 24. Ce segment est le plus rentable et le seul à ne pas connaître une baisse de la fréquentation, selon les analystes.

L'enseigne, en perte de vitesse depuis trois ans, a aussi réduit ses coûts de 10% après avoir décidé de diminuer le nombre de restaurants qu'elle possède et gère directement et confier 95% d'entre eux à des franchisés.

Les consommateurs asiatiques, dont les Chinois et les Japonais, qui avaient déserté les restaurants McDonald's il y a un an suite à un scandale sanitaire sont en outre revenus.

France et Allemagne à la peine

Il n'y a qu'en France et en Allemagne où les hamburgers de McDonald's n'ont pas eu beaucoup de succès lors des trois derniers mois, indique le numéro mondial de la restauration rapide.

Pour le reste de l'année, M. Easterbrook affiche son optimisme: "Nous sommes sur la bonne voie pour réaliser de gros progrès", assure le dirigeant qui a pris en urgence les commandes de McDonald's en 2015 avec la difficile tâche d'en refaire la référence de la restauration rapide tout en dissociant le nom du groupe des problèmes de santé publique tel l'obésité.

ATS