Toute l'actu en bref

Medtronic (ici le siège pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique à Tolochenaz), invoque notamment l'environnement médical mondial très compétitif pour expliquer la fermeture probable du site de Neuchâtel.

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Le géant des technologies médicales Medtronic, basé à Dublin, va proposer à ses employés de fermer le site de production de Neuchâtel d'ici à fin 2018. Une centaine d'employés et une quinzaine de temporaires sont concernés.

Medtronic Kryphon va ouvrir une période de consultation jusqu'au 10 mai prochain, indique-t-il dans une prise de position envoyée à l'ats, confirmant une information des radios régionales BNJ (RTN, RFJ, RJB). Les employés sont invités à soumettre des propositions alternatives.

En conséquence, l'entreprise a également notifié et est entrée en consultation avec les autorités cantonales. La proposition de Medtronic est liée aux dynamiques changeantes du marché de la kyphoplastie par ballonnet, une procédure médicale permettant de réparer des fractures de la colonne vertébrale.

La proposition actuellement examinée par les employés expose une feuille de route consolidant la production de kyphoplasties par ballonnets, dans le but de grouper les activités nécessitant des compétences similaires, simplifier la gestion de la qualité et maintenir la portée et la compétitivité du produit.

Environnement compétitif

L'entreprise invoque également un environnement médical mondial hautement compétitif. Elle dit évaluer régulièrement ses opérations dans l'ensemble de ses sites mondiaux afin de favoriser sa croissance, améliorer son efficacité opérationnelle et renforcer sa position pour l'avenir.

Le site de Neuchâtel, spécialisé dans le traitement des fractures de vertèbres, avait été inauguré en juillet 2007. En Suisse, Medtronic emploie un millier d'employés. Outre Neuchâtel, l'entreprise est présente à Tolochenaz (VD), Münchenbuchsee (BE), Zurich et Neuhausen am Rheinfall (SH). Ces autres sites helvétiques ne sont pas touchés par la restructuration en cours.

ATS

 Toute l'actu en bref