Navigation

Meeting à Bâle: Pascal Mancini ou le retour du banni

Ce contenu a été publié le 09 juin 2014 - 16:17
(Keystone-ATS)

Genève - "Je n'y crois pas moi-même!": Pascal Mancini a accueilli avec bonheur et surprise sa performance au Swiss Meeting de Bâle, où il a pulvérisé son record du 100 m en 10''28.
Revenu d'une suspension de deux ans pour dopage, le Fribourgeois n'a jamais été aussi fort, lui qui a réussi au passage les minima pour les Européens de Zurich.
"Je crois que ma suspension m'a rafraîchi les idées, m'a permis de relativiser les choses et d'appréhender aujourd'hui le sport avec beaucoup plus de plaisir", évoque le Staviacois. Et cela se ressent sur la piste: Mancini, qui courait autrefois tout en force, a sprinté avec beaucoup de relâchement. Il a amélioré de 0''13 son record personnel et mis dans le vent l'ancien champion de Suisse Rolf Malcolm Fongué (10''51).
Mancini (25 ans) avait été suspendu deux ans à compter de début 2012 pour un dopage à la nandrolone qu'il a toujours contesté, invoquant une erreur de son médecin qui aurait administré le produit "par erreur". Le médecin lui-même a reconnu ses torts. Quoi qu'il en soit, le sprinter a reçu un très bon accueil pour son retour: "Les gens m'ont applaudi à Bâle. Ils voient sans doute que je ne suis pas un tricheur, ce sont des choses qu'on ressent. J'ai énormément investi et travaillé pour ce retour. Pour moi, c'est le déclic."
Mancini, qui a été viré par le Stade Genève à la suite de son affaire, est retourné au club de ses débuts, à Estavayer-le-Lac. Il s'est aussi choisi un entraîneur, Adrian Rothenbühler, ex-coach d'Ellen Sprunger. "J'ai beaucoup bossé ma technique et ça me permet de courir avec beaucoup d'intensité tout en restant décontracté", évoque-t-il. Cela promet en vue également du relais 4 x 100 m.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article