Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La justice néo-zélandaise a rejeté l'appel du fondateur du site Megaupload.com. Il demandait à être libéré sous caution en attendant l'examen de la demande d'extradition déposée par les Etats-Unis.

L'appel a été rejeté, car les avocats représentant les autorités américaines ont affirmé qu'un homme, réputé pour fabriquer de fausses pièces d'identité, avait tenté d'entrer en contact avec Kim Schmitz, alias "Kim Dotcom", en prison, selon la télévision TVNZ. Kim Schmitz a nié connaître l'homme en question, a précisé Fairfax Media.

La décision de la Haute Cour d'Auckland signifie que Kim Schmitz restera en prison jusqu'au 22 février au moins, date à laquelle la demande américaine d'extradition doit être présentée devant la justice néo-zélandaise. Kim Schmitz, alias "Kim Dotcom", un Allemand de 38 ans, a été interpellé le 20 janvier dans sa somptueuse propriété d'Auckland, avec trois autres responsables de Megaupload.

Installé à Hong Kong, le site Megaupload, qui affirmait rassembler chaque jour 50 millions d'utilisateurs et représenter 4% du web, a été fermé le 19 janvier par la justice américaine qui accuse ses responsables d'avoir causé un préjudice de 500 millions de dollars aux détenteurs des droits.

ATS