Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La justice néo-zélandaise a ordonné mercredi la libération sous caution du fondateur du site de partage de fichiers Megaupload. Il est visé par une demande d'extradition des Etats-Unis pour piratage informatique et blanchiment d'argent.

Kim Dotcom, alias Kim Schmitz ou Kim Tim Jim Vestor, qui a la nationalité allemande, a été arrêté en Nouvelle-Zélande le 20 janvier. Il est accusé d'avoir été à la tête d'un groupe qui a accumulé 175 millions de dollars depuis 2005 en copiant et distribuant illégalement de la musique, des films et d'autres oeuvres protégées par le droit d'auteur.

Les avocats de M. Dotcom assurent que Megaupload n'a fait que proposer la possibilité de stocker des contenus en ligne.

Trois identités

Début février, la justice néo-zélandaise avait rejeté une première demande de liberté sous caution, estimant que l'accusé, qui possède des passeports et comptes bancaires sous trois identités, risquait d'échapper à la justice avant l'examen de sa demande d'extradition.

Mercredi, le juge a accordé la liberté sous caution à Kim Dotcom, 38 ans, mais à de strictes conditions. Le magistrat s'est appuyé sur le fait que deux anciens associés du fondateur de Megaupload avaient déjà été remis en liberté et que l'examen de l'avis d'extradition ne devrait pas avoir lieu avant mai voire juillet prochain.

ATS