Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le site Megaupload.com a déposé devant une cour américaine une "requête en annulation" des charges déposées contre des responsables du site internet. La fermeture du site de téléchargement par la justice américaine avait secoué la planète Internet.

"Les Etats-Unis n'ont pas suivi les règles dans cette affaire", a déclaré à l'AFP Ira Rothken, l'un des avocats du fondateur de Megaupload, Kim Schmitz, alias "Kim Dotcom", soulignant qu'une entreprise étrangère ne peut pas être "assignée en justice ni inculpée si elle n'a pas de présence aux Etats-Unis".

"Nous pensons que la loi est claire sur cette question et nous demandons au tribunal d'abandonner les charges", a-t-il ajouté.

Piratage massif

Installé à Hong Kong, Megaupload, qui affirmait rassembler chaque jour 50 millions d'utilisateurs et représenter 4% du trafic internet, a été fermé par la justice américaine en janvier et ses responsables poursuivis pour piratage massif.

Cette requête, déposée mercredi devant un tribunal de Virginie (est), souligne "l'incompétence" du juge américain et demande "l'annulation de l'inculpation contre Megaupload pour éviter toute nouvelle injustice".

Elle précise que "Megaupload se trouve maintenant dans un état de désuétude, avec aucun espoir en vue", selon ce document dont l'AFP a obtenue une copie.

"Contre-attaque"

Kim "Dotcom" a déclaré au New Zealand Herald que cette requête signifiait le début d'une "contre-attaque".

"Après que les Etats-Unis ont pénétré dans sa maison, ont cassé la porte, ont fermé le site, je dois dire que l'on peut appeler cette requête une contre-attaque", a estimé Me Rothken.

La justice américaine a saisi 50 millions de dollars d'actifs et accuse les responsables de Megaupload d'avoir tiré de leur activité quelque 175 millions de dollars de profits, causant un préjudice de 500 millions de dollars aux détenteurs des droits d'auteur d'oeuvres qui auraient été piratées.

ATS