Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une assemblée du personnel de Merck Serono, convoquée par Unia, a réuni près de 700 personnes vendredi à Genève. Les employés menacés de licenciement ou de transfert ont élu leurs représentants pour négocier avec la direction et créé des groupes de travail.

"Cette affluence est un très bon signe", a déclaré le secrétaire régional d'Unia Alessandro Pelizzari en ouvrant la réunion dans la halle de Sécheron, jouxtant le siège du groupe allemand à Genève.

L'assemblée a élu sans opposition un comité de 15 membres représentant le personnel. Un comité d'action de 13 personnes a également été élu à l'unanimité.

Les délégués du personnel et du syndicat ont fait le point des démarches entreprises depuis le début de la semaine. La direction a donné son accord pour que le personnel puisse discuter pendant son temps de travail de la procédure de consultation et se réunir sur le lieu de travail.

Délai insuffisant

La direction a cependant refusé jusqu'ici de prolonger au-delà du 16 mai la procédure de consultation, un délai considéré comme insuffisant par le syndicat Unia et le personnel pour présenter des contre-propositions.

"On ne sauve pas en 15 jours Merck Serono à Genève. On a besoin de plus de temps", a déclaré M. Pelizzari, en signalant que le délai pour le site de Novartis à Nyon (VD) avait été de trois mois. La direction de Merck Serono a toutefois indiqué qu'elle pourrait reconsidérer son refus, si le 16 mai les travaux ne sont pas terminés.

Plainte devant la justice

Parallèlement, un autre syndicat, Employés Suisse, va actionner la justice à l'encontre de Merck Serono. L'association a affirmé vendredi que la procédure choisie par le groupe allemand dans le cadre du licenciement de 1250 employés est contraire au droit suisse.

La demande va être déposée mardi au tribunal de prud'hommes du district de Nyon, car le siège principal de Merck Serono, inscrit au registre du commerce, est à Coinsins (VD), a précisé à l'ats le conseiller juridique d'Employés Suisse, Me Pierre Heger.

ATS