Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Trois jours après l'annonce de la fermeture du site Merck Serono à Genève le personnel se mobilise. Près de 400 personnes se sont réunies vendredi soir à l'initiative du syndicat Unia pour organiser la lutte. L'assemblée a élu un comité d'entreprise sous un tonnerre d'applaudissements.

Ce comité, composé pour l'heure de sept femmes et six hommes, va structurer le travail et négocier aux côtés d'Unia avec la direction de l'entreprise. Juste avant cette élection à l'unanimité, l'assemblée avait donné mandat au syndicat pour représenter le personnel.

Cette décision contraindra légalement la direction d'entamer des discussions, a précisé Alessandro Pelizzari, secrétaire général d'Unia Genève.

Rendez-vous au cortège

Dans un premier temps, Unia va informer la direction de la création du comité d'entreprise et du mandat qu'elle a obtenu pour négocier. Le syndicat demandera immédiatement une prolongation de la procédure de consultation qui arrive à terme le 16 mai.

L'assemblée a aussi désigné un comité d'action. Ce groupe réfléchira aux futurs événements de lutte. La première action aura lieu lors du cortège du 1er mai, banderoles à l'appui. Une demi-journée de congé sera demandée pour y participer.

Bâtiment en vente

Avant de prendre ces décisions formelles, les employés ont relayé au micro différentes interrogations. Le "package" de dédommagement qui comprend au maximum une indemnité de douze mois de salaire a été fustigé.

Plusieurs se sont aussi inquiétés du sort des intérimaires nombreux chez Merck Serono. Des employés ont demandé s'il était possible de négocier des exonérations fiscales pour garder le site à Genève. Un autre a proposé de vendre le bâtiment jugé très couteux et d'installer les employés dans d'autres sites.

Plus tôt dans la journée, François Naef a démissionné de la présidence de la Chambre de commerce, d'industrie et des services de Genève. Le responsable a été critiqué pour sa participation à la fermeture du site car il est également président du Conseil d'administration de Merck Serono. Il a à ce titre donné son accord au plan de la direction du groupe allemand.

ATS