Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le conflit de Merck Serono s'est à nouveau durci mardi à Genève. La direction du groupe pharmaceutique n'a pas donné suite à la demande de médiation du Conseil d'Etat genevois, ce qui a poussé une partie du personnel à reprendre la grève. Les travaux de la task force ont progressé en parallèle.

Jeudi dernier, le conseiller d'Etat genevois François Longchamp avait proposé une médiation entre le personnel et la direction, ce que le syndicat Unia avait accepté. Le personnel avait en conséquence suspendu sa grève. Mais Merck Serono a refusé l'offre de médiation des autorités cantonales.

"Nous n'avons pas donné suite à la médiation du Conseil d'Etat genevois car la société a pris sa décision définitive" sur le plan de restructuration la semaine dernière, a expliqué à l'ats le président du conseil d'administration de Merck Serono François Naef. Une médiation n'est pas nécessaire, a-t-il dit, excluant toute renégociation du plan social.

Reprise de la grève

Mécontents de ce refus, quelque 400 employés de Merck Serono réunis en assemblée générale ont décidé de reprendre la grève dès jeudi, reconductible le lendemain. Des actions de protestation sont en outre prévues mercredi, dont l'occupation du site et une grève de la faim, a indiqué le syndicat Unia.

L'ex-rapporteur de l'ONU Jean Ziegler est venu apporter son soutien aux employés. Il a exprimé son admiration pour le combat du personnel et sa colère face au comportement de la direction du groupe pharmaceutique. Son intervention a été saluée par une ovation debout des employés présents.

Progrès de la task force

Des progrès ont néanmoins été enregistrés. La direction de Merck Serono a participé, pour la première fois mardi, à la troisième réunion de la task force, qui regroupe les autorités cantonales, fédérales et académiques.

La task force s'est aussi félicitée de la proposition de la société de services biopharmaceutiques américaine Quintiles d'offrir au moins 100 postes aux salariés de Merck Serono dans les trois prochains mois.

ATS