Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le chef du gouvernement français Edouard Philippe a rencontré la chancelière allemande Angela Merkel vendredi à Berlin.

KEYSTONE/EPA/FELIPE TRUEBA

(sda-ats)

Angela Merkel a apporté vendredi un soutien franc aux projets de réforme menés en France par le président Emmanuel Macron. La chancelière allemande a réitéré son appui, sous condition, sur les changements de la zone euro qu'il envisage.

"J'estime qu'il est très significatif qu'Emmanuel Macron ait dit durant la campagne électorale quelles réformes il souhaitait et dans quel délai, et que de ce fait il existe une légitimité incroyablement forte" pour les mener à bien, a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel.

Elle s'est exprimée à côté du Premier ministre français Edouard Philippe, à l'issue d'un entretien organisé à Berlin. "J'estime que cela constitue une très, très bonne base" pour la suite en France, a ajouté Mme Merkel, en dépit de la contestation dans la rue dans le pays des projets de réforme.

Encourager l'embauche

De son côté le chef du gouvernement français a demandé "que le respect qu'on accorde à ceux qui manifestent, soit aussi accordé à ceux qui ont voté" pour l'élection du président Emmanuel Macron et son programme de réforme. "Je ne crois pas que les Français souhaitent le blocage, je pense qu'ils souhaitent le mouvement", a-t-il ajouté.

L'objectif affiché par le président Macron est de donner plus de flexibilité aux entreprises et de les encourager à embaucher alors que le chômage reste massif. Il touche 9,5% de la population active, contre une moyenne de 7,8% en Europe

Premier gros chantier social, sa réforme du Code du travail prévoit un plafonnement des indemnités en cas de contentieux, la réduction des délais de recours des salariés ou encore la possibilité de négocier sans syndicat dans les petites entreprises.

Zone euro

Par ailleurs, Angela Merkel a réitéré son soutien sous condition aux projets de réformes de la zone euro esquissés par le chef de l'Etat français. Ce dernier doit les préciser le 26 septembre juste après les élections allemandes.

M. Macron a fait campagne notamment en faveur de la création d'un ministre des Finances, d'un budget et d'un Parlement pour la zone euro. "Nous devons certainement renforcer la gouvernance de la zone euro", a réagi Angela Merkel.

"Mais pour moi, ce qui est important c'est que les expressions qui sont avancées - gouvernement de la zone euro, ministre européen des Finances, Budget - soient aussi dotées d'un contenu", a ajouté la chancelière. Elle a néanmoins dit ne "pas avoir de doute que nous trouverons des solutions communes avec la France.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS