Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"S'il est avéré que la mort de ce journaliste d'investigation est liée à son travail journalistique, on pourra parler d'une attaque sans précédent contre la liberté d'expression et la démocratie en Slovaquie", a souligné le premier ministre Robert Fico.

KEYSTONE/AP/OLIVIER MATTHYS

(sda-ats)

Un journaliste d'investigation slovaque qui enquêtait sur la fraude fiscale dans les milieux d'affaires a été tué par balles à son domicile ce week-end. Il a probablement été attaqué en raison de ses investigations, a déclaré lundi la police.

Jan Kuciak, 27 ans, était journaliste pour le site Aktuality.sk. Il a été tué en même temps que sa compagne à Velka Maca, à 65 km à l'est de la capitale Bratislava.

Le dernier article de Jan Kuciak pour Aktuality, paru le 9 février, portait sur une possible fraude fiscale liée à un complexe d'appartements de luxe à Bratislava, au centre d'un scandale politique l'an dernier. Il faisait état de transactions suspectes menées par des sociétés liées à l'homme d'affaires Marian Kocner.

Connu pour avoir insulté et menacé des journalistes, ce dernier avait prévenu l'année dernière qu'il allait lancer un site publiant des informations sur les vies privées de journalistes, selon le quotidien SME.

M. Kocner aurait menacé d'exposer "toute saleté" qu'il trouverait sur Jan Kuciak et sa famille, avait indiqué en septembre 2017 Peter Bardy, le rédacteur en chef du site pour lequel travaillait le journaliste assassiné.

Son travail, motif le plus probable

"En fonction de nos informations, il semble que le travail d'investigation du journaliste soit le motif le plus probable" de cet assassinat, a déclaré lors d'une conférence de presse le chef de la police slovaque, Tibor Gaspar.

A la suite du scandale provoqué par les fraudes présumées liées au complexe d'appartements de Bratislava, des manifestations avaient été organisées en 2017 pour réclamer la démission du ministre de l'Intérieur Robert Kalinak, soupçonné de relations d'affaires avec l'agent immobilier Ladislav Basternak, inquiété dans cette affaire.

Promesses de retrouver les coupables

L'éditeur du site Aktuality, Axel Springer, a condamné un "assassinat cruel" et les dirigeants politiques slovaques ont promis de retrouver les coupables.

"Nous devons retrouver aussi vite que possible ceux qui ont fait cela et assurer la sécurité de tous les journalistes, avec tous les moyens à notre disposition", a déclaré le président Andrej Kiska dans un communiqué.

Le Premier ministre Robert Fico a présidé une réunion d'urgence avec le ministre de l'Intérieur, le procureur général, le chef de la police et le responsable des services de renseignements.

"S'il est avéré que la mort de ce journaliste d'investigation est liée à son travail journalistique, on pourra parler d'une attaque sans précédent contre la liberté d'expression et contre la démocratie en Slovaquie", a souligné Robert Fico.

Inacceptable pour l'UE

Le président du Parlement européen Antonio Tajani a condamné le meurtre. "L'UE ne peut pas accepter qu'un journaliste soit tué pour avoir fait son travail. J'appelle les autorités slovaques à lancer une enquête minutieuse avec un soutien international si nécessaire", a écrit M. Tajani sur son compte Twitter.

Reporters sans frontières (RSF) a de son côté condamné "avec la plus grande fermeté" cet "assassinat qui frappe une nouvelle fois un journaliste d’investigation au sein de l’UE. Dans un communiqué, l'organisation de défense de la presse appelle les autorités slovaques à "punir les auteurs de cet acte odieux".

5e meurtre d'un journaliste dans l'UE

La Slovaquie se situe aujourd'hui à la 17e place du Classement mondial 2017 de la liberté de RSF, ayant perdu cinq places par rapport à l'année précédente.

Selon RSF, il s'agit du cinquième meurtre d'un journaliste dans l'UE au cours de la décennie passée.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS