Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les témoins se sont succédé jeudi à la barre du Tribunal criminel de Genève lors du procès de quatre personnes accusées d'être impliquées à divers degrés dans l'exécution par balles d'un homme en 2008 à Cointrin. La victime a été décrite comme un homme généreux avec un côté excessif.

Il avait réussi dans la vie et portait des signes extérieurs de cette réussite, se rappelle un ami de la victime qui a aussi insisté sur la générosité de son copain et confident. Les deux amis avaient partagé un déjeuner la veille du drame.

C'est à cette occasion, que la victime, qui vivait une relation amoureuse compliquée, lui a fait part de sa détermination à passer à autre chose. Selon lui, ce n'était pas le cas de sa compagne. "Il n'y avait rien de définitif de son côté", affirme-t-il.

Froide et détachée

Cette femme est jugée pour assassinat. Elle comparaît depuis lundi aux côtés d'un homme qui aurait agi comme tueur à gage. La mère de la prévenue, ainsi qu'un marchand de chevaux qui aurait mis en contact les deux femmes avec le présumé tueur à gage, sont aussi sur le banc des accusés. Ces personnes doivent répondre d'instigation à assassinat.

L'ami auditionné jeudi devant le Tribunal criminel a chargé la principale accusée en revenant sur son attitude froide et détachée deux semaines après le drame. Face à son intérêt pour l'héritage du défunt, l'ami lui a dit de laisser les biens à la famille.

Selon une des thèses de la défense, la mère et la fille en sont arrivées au meurtre à cause d'un climat de peur instauré par la victime. Pour le Ministère public et la partie plaignante, la compagne l'aurait fait tuer pour s'emparer de son héritage. Le procès se poursuit vendredi.

ATS