Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le drame s'est produit le dimanche matin 28 janvier dans la villa de Martin Wagner, à Rünenberg (BL).

KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

(sda-ats)

Tué le 28 janvier à son domicile de Rünenberg (BL), l'avocat spécialisé dans les médias Martin Wagner a été victime de trois coups de feu. Son meurtrier, un voisin, a utilisé sa propre arme d'ordonnance avant de la retourner contre lui-même.

La police avait été alertée le dimanche 28 janvier à 08h57, plusieurs coups de feu ayant été entendus dans le quartier, indique mardi le Ministère public de Bâle-Campagne. Selon l'enquête, le meurtrier âgé de 39 ans a d'abord tiré dans la vitre de la porte d'entrée pour pénétrer à l'intérieur de la villa.

Dans la salle de séjour, il a abattu Martin Wagner de trois balles dans le corps et dans la tête. Le meurtrier a immédiatement quitté la villa avant de se suicider et il est mort sur le coup. L'avocat âgé de 57 ans était encore vivant à l'arrivée des secours qui ont tenté, en vain, de le réanimer.

Au total, sept coups de feu ont été tirés par le trentenaire. Ce dernier avait acheté son arme d'ordonnance après avoir accompli son service militaire.

Pas d'indice de dispute

Aucun indice ne permet d'établir qu'il y ait eu une dispute au moment du drame. La victime et son meurtrier se connaissaient depuis longtemps. Les motifs du meurtrier sont de nature privée.

Le Ministère public ne donnera pas davantage d'information sur les causes du drame par respect pour les familles et en raison de la protection de la personnalité des proches. Une fois l'enquête bouclée, la procédure pénale sera classée, l'auteur des faits s'étant suicidé.

Martin Wagner laisse derrière lui trois adolescents. On ignore s'ils ont été témoins du meurtre. L'épouse de M. Wagner est décédée en septembre dernier d'une grave maladie.

Rachat de la Basler Zeitung

L'avocat était connu dans son canton comme consultant de la chambre de commerce de Bâle-Campagne et des milieux de propriétaires. En 2011, il avait figuré sans succès sur la liste du PLR de son canton pour le Conseil national.

M. Wagner s'est fait connaître notamment en 2010 lorsqu'il avait racheté la Basler Zeitung avec le financier Tito Tettamanti. Le duo avait imposé une demi-année plus tard Markus Somm, proche de Christoph Blocher, comme rédacteur en chef, ce qui avait suscité la grogne au sujet de la ligne éditoriale du journal.

Côté sport, l'homme avait travaillé de longues années avec le nouveau président du FC Bâle Bernhard Burgener.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS