Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les avocats de deux des trois meurtriers présumés de Granges (SO) ont vertement critiqué les expertises psychiatriques lundi lors de leurs plaidoiries. L'un s'est opposé à la perpétuité requise par le procureur pour le trio. L'autre n'a pas fait de demande concrète.

Le plus jeune des trois accusés du triple meurtre devrait écoper d'une peine plus légère que ses complices, a estimé lundi son avocat devant le Tribunal de district de Soleure où se tient le procès depuis lundi dernier. Il a demandé 12 à 16 ans de prison.

Le Suisse de 27 ans est un "suiviste obéissant et un receveur d'instructions", a justifié Bruno Steiner. Le défenseur a une nouvelle fois vertement critiqué l'expertise psychiatrique livrée sur son client, qu'il avait qualifiée de "partiale" la semaine dernière.

Le rapport manque de soin et de profondeur psychologique, selon lui. Il a également souligné que l'expertise ne tient pas compte de la consommation d'alcool du jeune homme ni de son manque de sommeil.

L'avocat de l'autre meurtrier présumé - qui était un ancien sportif d'élite de 35 ans - a lui aussi déploré que l'expertise ne mentionne pas les conséquences de la consommation d'anabolisants sur l'agressivité de son client.

Pas de demande de peine concrète

Pour cette raison, le défenseur n'a pas formulé de demande de peine concrète. Son client ne devrait toutefois pas écoper d'une peine plus élevée que son co-accusé de 27 ans, a-t-il estimé. Il a souligné qu'aucun des points d'accusation du procureur n'était contesté.

Le 5 juin 2009, les deux hommes ont cambriolé un appartement à Granges et tué ses trois occupants, une Suissesse de 55 ans, son époux de 60 ans et leur fille de 35 ans. Le père a été abattu. Son épouse et sa fille ont été étouffées.

Le jeune homme a avoué avoir étouffé la fille. Son complice a lui reconnu avoir tué le couple. Ils ont affirmé que la troisième accusée, une femme de 51 ans, avait fait pression sur eux, car ils lui devaient de l'argent.

ATS