Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cinquante corps ont été retrouvés mercredi et jeudi dans deux villes de l'ouest du Mexique. Une tuerie qui pourrait constituer la réplique d'un cartel de la drogue à un précédent massacre perpétré en septembre à Veracruz au sud-est du pays.

Vingt-six cadavres ont été découverts jeudi matin dans trois véhicules abandonnés à Guadalajara (ouest), deuxième ville du Mexique, au lendemain de la découverte de 24 corps, dont 17 carbonisés, à Culiacan (nord-ouest).

"Il y a eu au total 26 cadavres, tous de sexe masculin et d'un âge compris entre 25 et 35 ans", a déclaré le ministre de l'Intérieur de l'Etat de Jalisco, dont Guadalajara est la capitale. Certains d'entre eux portaient sur le corps les inscriptions "Milenio" et "Zetas", a-t-il ajouté.

Ces signatures font référence au cartel du "Milenio", organisation de narcotrafiquants originaire de l'Etat voisin du Michoacan, et au groupe criminel des "Zetas", organisation créée et dirigée par d'anciens militaires d'élite de l'armée mexicaine.

Une "réplique" de Veracruz

Le 21 septembre, 35 cadavres avaient été découverts dans deux camionnettes abandonnées et d'autres à même la rue, sous un pont de la zone métropolitaine du port de Veracruz, sur la côte du golfe du Mexique.

Les auteurs du massacre avaient été identifiés comme les "Matazetas" (tueurs de Zetas) - ou le groupe "Nueva Generacion" (Nouvelle génération) - soupçonnés de liens avec le cartel de Sinaloa et dont le but est l'anéantissement des "Zetas" qui opèrent dans le nord et l'est du pays.

Pour José Reveles, auteur de plusieurs livres sur les narcotrafiquants, la découverte macabre de Guadalajara "ressemble à une réplique de ce qui s'est passé à Veracruz".

ATS