Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cyclisme - Le contesté médecin du sport et ancien médecin de Lance Armstrong, Michele Ferrari fait l'objet de nouvelles graves accusations.
Les autorités de la ville Padoue (Italie du nord) reprochent au praticien de 59 ans d'avoir bâti un empire depuis son domicile de St-Moritz portant sur des millions de francs en fournissant des produits dopants à des athlètes.
Selon des informations publiées par la "Gazzetta delle Sport", Ferrari brassait un volume de 30 millions d'euros (37 millions de francs) de chiffres d'affaires. Le médecin ne fournissait non seulement ses services à des coureurs individuels mais également à des équipes entières. Les autorités judiciaires de Padoue ont mis à jour un système de fraude aux impôts, qui permettait de blanchir de l'argent et aux coureurs de pouvoir régler leurs factures à Ferrari en toute impunité. Elles donnent l'exemple d'un compte d'une équipe dans une banque suisse à Locarno sur lequel les coureurs venaient prélever systématiquement de l'argent pour payer leurs dettes au médecin italien.
Les reproches à l'encontre du praticien basée à Ferrara sont graves. Les autorités judiciaires lui reprochent d'avoir formé une véritable société criminelle avec pour but le commerce, la contrebande et la prise illégale de produits dopants. En outre, Ferrari est également accusé de fraude fiscale et de blanchiment d'argent. Les enquêteurs suivent également les faits et gestes de son fils Stefano, d'un manager sportif Raimondo Scimone, d'un avocat suisse et de deux banquiers, poursuit la Gazzetta.
Ferrari, selon les enquêteurs, a monté un véritable réseau international. Il pouvait ainsi offrir à ses clients "un paquet de services complet", avec une représentation pour signer les contrats, les plans d'entraînement, la prise illégale de produits dopants et en cas de contrôle positif un soutien sur le plan judiciaire. Le but de Ferrari était d'améliorer les performances des athlètes pour leur assurer un meilleur contrat. Il en a bien profité selon les enquêteurs.
Des dizaines de professionnels et des équipes comme Astana et RadioShack comptaient parmi les clients de Ferrari, affirme la Gazzetta. Il était également très impliqué dans le système de dopage de Lance Armstrong comme l'a révélé l'agence américaine antidopage (USADA). Au total, vingt équipes se retrouvent dans le viseur des enquêteurs.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS