Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La bague bleue sur la patte droite et l'antenne sur la queue permettent d'identifier le balbuzard "suisse" photographié le 22 décembre 2016 au Sénégal.

Copyright John Wright

(sda-ats)

Un des jeunes balbuzards relâchés l'été dernier à Bellechasse (FR) dans le cadre du projet de réintroduction de cet oiseau en Suisse a été observé à Noël au Sénégal. C'est la première preuve de leur migration réussie.

"C'était comme chercher une aiguille dans une botte de foin", se réjouit Wendy Strahm, biologiste et coordinatrice du projet au sein de l'association romande "Nos Oiseaux". C'est un ornithologue anglais qui a réussi à prendre la photo du jeune balbuzard en vol. L'origine suisse du rapace ne fait aucun doute, selon Mme Strahm.

En effet, on distingue clairement la bague bleue sur la patte droite et surtout l'antenne de la petite radio qui avait été fixée sur une plume de la queue du balbuzard lors de son premier envol en Suisse. Il s'agit donc d'un jeune mâle qui a réussi à atteindre le Parc National de la Langue de Barbarie au nord du pays, "une très bonne zone poissonneuse pour les balbuzards hivernants".

Des risques

Le projet de réintroduction du balbuzard a démarré en 2015 et se poursuivra jusqu'en 2020. Six poussins prélevés en Ecosse avaient été installés sur les terres tranquilles de la prison de Bellechasse en été 2015. Deux d'entre eux étaient morts après avoir percuté des lignes électriques - neutralisées entre-temps - et les quatre autres avaient pris leur envol vers le sud.

Un des quatre restants avait été blessé par un braconnier en Algérie, mais il avait pu être soigné et relâché. Depuis, plus de nouvelle. S'ils survivent, les premiers oiseaux de retour sont espérés au plus tôt d'ici 2018 dans la région des Trois Lacs.

Pour augmenter les chances de succès, en 2016, une deuxième volée de douze jeunes balbuzards importés d'Allemagne et de Norvège ont été lâchés à Bellechasse. Onze avaient pris leur envol pour le sud alors que le douzième était victime d'un accident sur un pique-oiseau installé sur un pylône. Ce dispositif censé éloigner les oiseaux devrait être supprimé cet hiver.

Une belle envergure

L'oiseau observé et photographié le 22 décembre par l'ornithologue anglais fait partie de cette deuxième volée de balbuzards de Bellechasse. Cette toute première preuve matérielle de l'arrivée d'un balbuzard "suisse" sur les côtes africaines est donc très réjouissante pour toute l'équipe de bénévoles du projet de réintroduction.

Ces rapaces migrateurs peuvent atteindre 170 centimètres d'envergure à l'âge adulte. Le balbuzard est un oiseau philopatrique. Une fois adulte, vers trois ou quatre ans, il revient nicher dans la région où il a pris son premier envol. Cette méthode de "translocalisation" de poussins a déjà fait ses preuves dans d'autres pays.

La dernière reproduction de balbuzards en Suisse remonte à 1914. Cette espèce avait ensuite disparu de l'avifaune nicheuse suisse à cause des braconniers et des collectionneurs d'oeufs.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS