Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Malgré le boycott utilisé pour contraindre les fournisseurs à répercuter les gains de change, Migros et Coop n'ont pas obtenu les baisses demandées. Si le second propose à nouveau un assortiment complet, le numéro un du commerce de détail en Suisse continue de bannir certains articles.

"Rien n'a bougé", a déploré Migros. Le géant orange voulait obtenir de L'Oréal des réductions de 4 à 5 millions de francs. Or, l'entreprise de cosmétiques n'était prête qu'à une baisse d'environ un million, a-t-il expliqué.

Migros a longtemps négocié, a précisé l'entreprise. Entre-temps, l'envie de produits L'Oréal est passée: même si la société française était encline à faire des concessions, les portes sont à présent closes. "Nous ne sommes pas un jouet en mains des fournisseurs et restons conséquents", a-t-elle souligné.

Retour dans les rayons

Il en va tout autrement chez Coop. Le groupe bâlois avait à la fin de l'été retiré de ses étalages 130 articles de marque en raison de la non-répercussion des gains de change liés à la force du franc. Ces produits ont depuis fait leur retour dans les rayons.

Le distributeur a obtenu en moyenne des baisses de prix de 10%, a-t-il indiqué. Etaient concernées notamment les marques Uncle Ben's de Mars, Lenor (lessive), Wella (cosmétiques) ou Antikal (anti-calcaire).

Alors que Migros et Coop ont activement communiqué des baisses de prix des produits importés et décidé de boycotter certaines marques, d'autres détaillants ont simplement baissé leur prix, à l'image de Denner (Migros) et Spar.

ATS