Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Unia a manifesté en septembre à Crissier (VD) contre l'extension des horaires d'ouverture des magasins

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Migros Vaud n'a pas respecté les obligations légales lors de la consultation de son personnel à propos de l'extension des horaires d'ouverture des magasins, dénonce lundi Unia. Le syndicat affirme qu'il ne laissera pas faire sans réagir.

Dans le bras de fer qui l'oppose à Migros Vaud depuis cet été, le syndicat Unia hausse encore le ton. Selon Yves Defferrard, co-secrétaire régional, Migros n'agit pas en "employeur digne de ce nom, avec une responsabilité sociale comme il le prétend".

Règles bafouées

Migros Vaud écarte Unia parce qu'il ne veut pas "affronter la problématique" des horaires allongés, a expliqué devant la presse le responsable syndical. A ses yeux, la consultation menée par l'entreprise et sa commission du personnel ne vaut rien ou presque.

Normalement, une telle procédure doit donner l'occasion aux employés d'obtenir de la direction des réponses détaillées sur chaque question soulevée. En outre, l'instauration d'un débat est essentielle, ce qui n'a pas été le cas chez Migros, selon Yves Defferrard.

Peur au ventre

Lorsque Migros Vaud déclare que des extensions mesurées d'horaires arrangent certains employés, Unia crie à la manipulation "dans un climat de peur au ventre" et de collaborateurs n'osant pas s'exprimer. Selon Yves Defferrard, Migros Vaud "n'assume pas" sa politique vis-à-vis du personnel et montre ainsi "son vrai visage".

Malgré le refus de négocier avec Unia, le syndicat affirme qu'il n'acceptera pas de tels changements. Il a écrit au Conseil d'Etat vaudois en lui demandant de se positionner. Il annonce également qu'il mènera dès lundi une campagne d'information des clients sur ce qui est en train de se passer au sein de l'entreprise.

Revenir en arrière

Pour mémoire, à la mi-octobre Migros Vaud a annoncé qu'il avait revu son plan d'extension des horaires de certains magasins en tenant compte des remarques du personnel. Plus généralement, Unia n'a pas caché lundi qu'il voulait obtenir une convention de travail (CCT) pour le commerce de détail vaudois qui obligerait certaines communes "à revenir en arrière" sur des règlements trop laxistes aux yeux du syndicat.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS