Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cyclisme - Comme en 2011, Fabian Cancellara a terminé 2e de Milan - San Remo derrière un Australien. Simon Gerrans (GreenEdge) a succédé au palmarès à son compatriote Matthew Goss.
Vainqueur de la plus longue classique du calendrier (298 km) en 2008, Cancellara est passé tout près d'une nouvelle victoire. Le Suisse a contré une attaque de Vincenzo Nibali peu avant le sommet du Poggio. Seul Gerrans est parvenu à suivre les deux hommes.
Fabian Cancellara a fait la descente à fond et a demandé en vain un relais lors des derniers kilomètres à ses deux compagnons d'échappée. Derrière, ce qui restait du peloton des favoris est revenu très fort dans les dernières centaines de mètres, échouant à quelques longueurs du trio de tête.
Au sprint, Simon Gerrans (31 ans) a devancé de peu un Cancellara qui aurait mérité un meilleur sort après les efforts fournis dans l'échappée. "Je cours toujours pour gagner. Mon objectif, c'était la victoire, je voulais m'offrir ce cadeau à la veille de mon anniversaire. Je voulais tenter quelque chose sur le Poggio. Dans le final, je sentais Gerrans derrière moi mais je ne pouvais pas courir autrement. Je savais que Nibali ne pouvait pas mener. J'ai pris le risque, je ne pouvais pas faire plus, j'avais l'acide lactique qui me sortait des oreilles. Je me suis dit qu'il valait mieux quoi qu'il en soit prendre la deuxième place dans une grande course", a déclaré Cancellara. Le Bernois tentera de prendre sa revanche lors du Tour des Flandres (1er avril) et de Paris-Roubaix (8 avril).
Pour l'Australien, il s'agit de la victoire la plus significative de sa carrière professionnelle, débutée en 2003. Gerrans se trouve en forme en ce début d'année: il avait récemment gagné le Tour Down Under. "C'est une journée incroyable, je ne pouvais pas rêver mieux. Il va me falloir longtemps pour réaliser. J'ai de bonnes jambes depuis le début de la saison", a pour sa part expliqué le vainqueur du jour, qui présente la particularité d'avoir remporté une étape de chacun des trois grands tours.
La course a été marquée par plusieurs chutes sérieuses, dont celle dans une descente du Colombien Carlos Julian Quintero. Il souffrirait d'un traumatisme crânien et d'une fracture à un bras, selon les premières indications.
Le champion du monde Mark Cavendish, qui était cité parmi les favoris, a été lâché à près de 100 km de l'arrivée dans l'ascension des Manie. Malgré un gros travail de ses équipiers, il n'a pas pu rejoindre le peloton principal.

ATS