Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les autorités thaïlandaises ont confisqué selon la police près de 6000 bols rouges ornés d'un message d'un ex-Premier ministre renversé. C'est le ernier exemple en date des tentatives de la junte militaire pour empêcher la renaissance de l'opposition.

En début de semaine dernière, une Thaïlandaise avait été mise en examen pour "rébellion" à cause d'une photo d'elle tenant un bol rouge.

Le rouge est la couleur des "Chemises rouges", puissant mouvement populaire des partisans de Thaksin et Yingluck Shinawatra, frère et soeur, tous deux anciens chefs de gouvernements renversés par les militaires, en 2006 et 2014.

Les bols en question, qui serviront à verser de l'eau lors des cérémonies bouddhistes à l'occasion du prochain Nouvel an thaïlandais, portent un message signé par Thaksin Shinawatra. "La situation est peut-être chaude, mais les frères et soeurs peuvent se rafraîchir avec l'eau contenue dans ce récipient", peut-on y lire.

Nuire à certains partis

Ces bols avaient été distribués pour la première fois lors d'une foire la semaine dernière dans la province septentrionale de Chiang Mai.

Policiers et soldats ont saisi 5800 de ces récipients au domicile d'un ancien parlementaire membre du parti des Shinawatra, dans la province de Nan, dans le nord de la Thaïlande, selon un porte-parole de la police locale. "Si on permet que ces bols soient distribués, cela pourrait bénéficier à certains partis politiques et nuire à d'autres", a dit Prayoon Chamnankong.

Intolérance

Malgré les menaces de poursuites et les mises en garde de la junte, l'opposition commence à relever la tête en Thaïlande, après près de deux ans de junte militaire, à l'approche d'un référendum sur une nouvelle Constitution prévu le 7 août.

La junte promet des élections à l'horizon 2017, mais elle est accusée de vouloir verrouiller avant la scène politique avec cette Constitution très controversée.

"Les peurs de la junte vis-à-vis d'un bol en plastique rouge montre que son intolérance face à toute dissension confine à l'absurde", a commenté Brad Adams, directeur de Human Rights Watch pour l'Asie.

ATS