Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Milliers de manifestants contre le gouvernement à Varsovie

Les manifestants accusent le gouvernement conservateur de Droit et Justice (PiS), de chercher à paralyser le Tribunal constitutionnel.

KEYSTONE/EPA PAP/RAFAL GUZ

(sda-ats)

Entre 25'000 et 30'000 personnes, selon la mairie de Varsovie, ont manifesté samedi dans la capitale polonaise. Elles mettent en garde le gouvernement conservateur de Droit et Justice (PiS) contre d'éventuelles atteintes à l'Etat de droit en Pologne.

Réunis sous la bannière du Comité de défense de la démocratie (KOD), les opposants accusent le gouvernement conservateur de Droit et Justice (PiS), de chercher à paralyser le Tribunal constitutionnel, un contre-pouvoir important, et de préparer une loi sur l'avortement prévoyant son interdiction quasi totale, durcissant encore la loi actuelle, déjà parmi les plus restrictives d'Europe.

La majorité gouvernementale a modifié en novembre 2015 les règles de nomination des membres du Tribunal constitutionnel et, en décembre 2015, de son fonctionnement, suscitant des craintes pour son indépendance.

Avant le démarrage de la marche, l'intellectuel de gauche Adam Michnik, figure historique de l'opposition anticommuniste et aujourd'hui patron du grand quotidien Gazeta Wyborcza, a mis en garde les conservateurs contre d'éventuelles violations de la Constitution, dénoncées par l'opposition au sujet du Tribunal.

"Le KOD ne veut pas renverser le gouvernement (...). Il voudrait que le gouvernement de Jaroslaw Kaczynski respecte le droit et la Constitution, mais s'il ne les respecte pas, la société aura le devoir de l'écarter du pouvoir. Il en sera écarté par la voie des élections démocratiques", a-t-il dit. M. Kaczynski est le chef du parti au pouvoir.

"On ne peut accepter une politique qui conduit à l'isolement de la Pologne, à des conflits avec des voisins, à réduire les Polonais au statut de serfs", a encore dit l'ancien dissident, faisant allusion aux inquiétudes des institutions européennes.

Deuxième manif

Le Parlement européen a dénoncé à la mi-septembre la paralysie du Tribunal et l'adoption de lois pouvant porter atteinte aux droits fondamentaux, alors que Varsovie est engagée dans un bras de fer avec Bruxelles sur ces thèmes.

C'était la deuxième manifestation de la journée à Varsovie, après celle de plusieurs milliers de médecins, infirmières et techniciens médicaux, qui réclamaient une augmentation importante du budget de la Santé, dénonçant leurs salaires de misère.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.