Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Genève - La prison préventive de Champ-Dollon (GE) a été le théâtre de mini-mutineries. Des groupes de détenus ont refusé de réintégrer leurs cellules. Plusieurs heures de négociations ont été nécessaires pour les ramener à la raison.
Le premier incident s'est produit lundi, à l'issue de la promenade matinale, a fait savoir le Département de la sécurité, de la police et de l'environnement. Personne n'a été blessé. Des détenus, après avoir injurié des gardiens, ont été punis.
Deux autres incidents ont éclaté mardi, après la promenade collective. Des groupes de détenus ont refusé de regagner leurs quartiers et il aura fallu l'intervention de la commission des visiteurs officiels pour que Champ-Dollon retrouve son calme. Les causes de ces mouvements d'humeur n'ont pas été communiquées.
La prison de Champ-Dollon est pleine à craquer. Lundi, un nouveau pic a été atteint, avec 611 détenus qui s'y entassaient, alors que l'établissement est conçu pour en accueillir 270, a rappelé le DSPE.
Mardi matin, le Conseil d'Etat genevois a annoncé le dépôt d'un projet de loi pour la création de 100 places de détention supplémentaires à Champ-Dollon. L'exécutif demandera au Grand Conseil l'ouverture d'un crédit de 24,9 millions de francs. La nouvelle structure sera une construction préfabriquée modulaire.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS